Opinion # Peut-on vraiment courir sans son smartphone?

Mis à jour : févr. 3

Téléphoner ou plus largement manipuler son Iphone tout en gesticulant son corps dans l'espace!

Appel, SMS,  réseaux sociaux et crème de la crème, selfie tout azimut et autres snapchats! La gamme des déclinaisons du chaos cognitif est généreuse.

Ou quand l'aliénation court plus vite que le runner 2.0 ...

Uploadons l'analyse ...





Pourquoi les gens font-ils cela? Est-ce utile? Quels sont les risques inhérents à cette pratique? ... Parce-que nous aimons les gens, nous nous questionnons même si on modère l'effort avant la migraine.

La "téléphonie running", cette laisse au cou du chien fou qui post ses sorties insignifiantes sur les réseaux de l'indigence physiologico-cognitive! Vous l'avez déjà vu et peut-être même déjà lu ... Nul besoin de hauteur, ça ne vole pas haut.

L'aliénation technologique ronge même les plus sains élans de Liberté du runner moderne. "La course à pied me fait un bien fou"entend-on souvent! Et c'est vrai ...  Hélas,  l’œil déjà trop rivé à sa Garmin, le runner 2.0 a ouvert la boite de Pandore en embarquant dans sa folle course son smartphone, au cas où ...

Difficile dès lors pour notre joyeux aliéné de ne pas prendre l'appel qui vient. Pas l'appel de la Liberté non,  mais plus platement celui de sa go - elle est possessive et n'aime pas quand son Christophe de chéri part courir avec je ne sais qui je ne sais où - qui n'a en réalité rien à lui dire! Tu le sais mais tu réponds quand même! Le vibreur - comme la notification facebook - est un stimulus auquel tu ne sais résister y compris quand tu cours après la Liberté et le bien être. On raconte que tu perds de la vigueur quand ton smartphone crie ton nom pendant la bagatelle  ... aliéné!

Même combat avec les SMS! C'est vrai que ton pote, ta meuf ou ton plan ne peut pas attendre 30 minutes pour avoir une réponse. Tu es tellement indispensable au monde qu'il te faut honorer de ta grandeur les brebis égarés à coup de réponses dans l'instant. Bref, tu gesticules dans ce parc, textorunner ... posture chaotique. Imposture! Imposteur! Un post toutes les heures ... Minimum.

Christophe est la générosité incarnée. Il trouve que cet arbre est joli. Clic clac c'est dans la boite ... il le partage illico sur les réseaux sociaux en tâchant de bien mettre son "Moi" au premier plan. Merde, quand même! Et tiens, un selfie de mes pieds car mes chaussures sont super belles, normal je viens de les acheter! Une demi-douzaine de #Hashtags plus loin, il retrouve sa mauvaise foulée, allure 6'25" du kil'!


Le smartphone c'est formidable! Comment courrais-je sans lui. Adieu sensation, feeling, Liberté et introspection! L'hyper-connexion est mon état normal, la vie réelle une anecdote qu'il faut impérativement étaler dans le gouffre numérique, "melting potes" abstraits et fakes pour glaner un brin fané de reconnaissance molle et béate!

Last but no least! Le selfie et le "CR" post-séances. A chaud, encore fumant, la gouttelette salée dévalant le faciès ... Mais pas trop dégueulasse quand même car ce selfie enrobé de pathos sera diffusé sur les réseaux comme l'Homme de Vitruve dans l'hyper-Espace. Comique. Cosmique.

Le smartphone permet enfin à ToTof d'écouter sa très mauvaise musique en courant. Question de gout me direz-vous. Il revendiquait pourtant hier dans un échange - numérique - avec Stéphanie qu'il aimait le chant des oiseaux. Ne serait-ce pas plutôt le chant des Sirènes? Baratin!

Voilà pourquoi tous les Christophe de la runningosphère s'affublent d'un brassard ostensible et disgracieux quand ils feignent de s'évader par notre désormais roturier sport!

*

**


Bonus

Parfois conscient.e de cette laisse numérique, le runner 2.0  - uploadé pour les besoins de la cause 3.0 - s'invente et revendique auprès de ces détracteurs (ou objecteurs de conscience, ex. #LJQR ^^) quelques sournois et fallacieux mobiles (t'as compris!?) pour justifier, que dis-je, légitimer le "port de smartphone" pour les sorties runnings!

Pêle-mêle: "Si j'ai un accident", "si je me fais agresser" (Isabelle a pourtant juré, suite aux faits divers sordides d'agression qu'elle ne plierait pas à la psychose #Emotions), "Je dois recevoir un appel -très-important", "Je ne peux pas courir sans musique" ou plus trivial "Je fais ce que je veux, c'est Ma Liberté".

Chacun fait en effet ce qui lui chante. Nous de même en nous moquant ouvertement des esprits pathologiques qui déclinent la Liberté revendiquée en aliénation assumée. Parasites du beau, du vrai, du juste, du sport et de bon sens commun (la common decency de Orwell, auteur que tu revendiques également avoir lu et compris ...).


Le Joggeur Qui Râle

455 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com