Ambiance # Venir à une course avec ses SUPPORTERS ...

Mis à jour : févr. 10

Las de venir seul aux courses du dimanche matin? Déprimé de voir tes co-runners d'infortunes venir en meute tandis que tu t'improvises Rémi du bitume? Étonné de n'être qu'à moitié encouragé aux abords du poteau?

Les sources de démotivation face à l'isolement  sont pléthores pour le runner émotif, solitaire-courageux du dimanche matin mais néanmoins Homme ... la reconnaissance 2.0 post-course sera vite insuffisante pour celles et ceux qui ont su sauvegardé un intérêt (relatif) pour l'instant présent ... Tu es veinard, tes proches perçoivent le salut que tu tires de ta pratique assidue de la course à pied. Curieux et profondément sympathiques, ils viennent régulièrement (surtout aux beaux jours, il ne faut tout de même pas déconner) te soutenir pendant les compétitions auxquelles tu prends - de manière stakhanoviste - part. Un petit turn over de ton inépuisable cercle d'amis, et  de ta famille aussi, te permet d'être encouragé et soutenu comme un vrai petit champion que tu n'es - et ne sera hélas jamais - pas!




Origine

Tu es passionné, et comme tout un chacun, tu l'exprimes. C'est dans l'ordre des choses. Tu as si bien réussi à ne pas être trop pénible avec cela que tu as pu convaincre, bien malgré toi eu égard tes performances de fond de sas, amis et famille de concert, à venir aux courses t'encourager. L'enfer est pavé de bonnes intentions, on ne le répétera jamais assez! Car même si tu envies quelque peu ces runners à forte délégation de supporters, tu as aussi conscience que ton allure et tes chronos ne te permettent pas de fanfaronner.

L'égo te coupe hélas sans doute du simple fait de profiter du moment sans considération purement statistique! Premier ou dernier, tes amis et ta famille sont là pour toi, leur seul et unique champion du moment! C'est presque joli dit comme ça, c'est presque vrai aussi. Mais que c'est niais! C'est nier la réalité aussi! Tu ne les impressionnes au final que par ton engagement et ta motivation. Tu es bien brave! Coté résultats ... non, rien. Tu pourras satisfaire tes rêves de grandeur et ton narcissisme sur les réseaux sociaux en rentrant chez toi, enfin seul: Me, My Selfie and I! Sauvé! La réalité ça va cinq minutes!

Composition

Amis conscients de tes passions, famille curieuse et fière du petit dernier, amis runners sur la touche soucieux de rester dans le jus ... la course à pied réunit et c'est salutaire. C'est beau. Ta copine est là parfois, même si elle n'aime pas tant que cela cette passion qu'elle jalouse souvent, névrosée! Là bas, à la buvette, il y a ton oncle! Si si! Le tableau est idyllique n'est-ce pas?!

Petite consolation, aucun de ces hurluberlus n'a osé - ça s'est vu au sein d'autres lignages - prendre un dossard pour t'accompagner et participer à la corrida! Ouf, sauvé. Pour le moment, l'immunité n'est jamais immuable.

Un soutien

Cassons le mythe avant d'y revenir. Ces rassemblements, aussi sympathiques et altruistes soient-ils, sont avant tout un prétexte pour prendre l'air aux beaux jours pas trop loin de chez soi! Sur un parcours à plusieurs boucles, ça sera aussi l'occasion de voir ta ganache se décomposer à mesure du kilométrage! T'encourager, accessoirement ...

T'encourager et te soutenir donc. Admirer ta dégaine short-maillot-casquette-lunette-montre-runnings fluo aussi ... une question de gout qui divise aussi les plus fashionistas ton fan club d'infortune.*

Du bruit et de la gêne

 La configuration est prête. L'échauffement est fait. Le coup de pistolet, le départ, un départ en sur-régime d'ailleurs et des grimaces après 450 mètres .. un dimanche comme les autres! Ça va être long et dur. Qu'importe, ton comité de soutien entend bien gagner l'autre course, informelle celle-ci, celle de l'ambiance. Et hélas pour toi, et pour les autres, ton fan club est bruyant, déluré et parfois encore (ou déjà) aviné! Ce dimanche, ils sont nombreux!

Le départ

Calé dans le peloton en attendant de lâcher les chevaux, ou les ânes,  tu trépignes. Ce n'est rien. Un brouhaha se fait entendre et il scande ton prénom. Pis encore, c'est ton surnom qui ricoche d'oreilles en oreilles ... grotesque dans ce contexte ... tout le monde te mate. Ta gêne amuse un peloton compact! C'est long. Très long. Pan! Une embuche d'esquivée, la première d'une longue série. Le parcours est en trois boucles!

Première boucle

Une délégation du comité de soutien s'est tapie sur un rond-point. Ambiance. La copine de ton pote, du genre à avoir été déléguée de classe au collège élue à l'unanimité, scande ton surnom sitôt ta silhouette chancelante dans le visu. Il te faut abréger ce moment pénible. Pas ou peu de marge, tu accélères, tu reprendras hors de leur vue! Bien sur, tu as joué l'amusé devant cette horde, tu as simulé l'athlète tout en contrôle ... tu as même souri pour la photo car il y a eu photo, bien sur, ça ne serait pas drôle sinon ... les pourris!

Fin du premier tour, le gros des troupes t'acclament honteusement. Ça amuse la foule du dimanche. Encore contraint d'allonger le pas! Tu es écarlate deux fois.

Seconde boucle

Rebelote. En pire, tu es défraichi. Tes groupies respirent quant à eux la santé. Curieux contraste. Ta mine est croquée par les pixels!

Final lap

La délivrance en approche. Sportivement parlant s'entend. Il va falloir gérer les à-cotés, autrement dit le bord de route en effervescence! Heureusement qu'il n'y a pas de banderole, la prochaine fois peut-être ... un point positif à ce qui ressemble à un cirque, tu mobilises de la force pour au moins sprinter et ramasser les runners à l'IMC suspect devant toi! Ouf, l'honneur est sauvé, victoire à la Pyrrhus ...

De parfaits anonymes te félicitent devant la table pauvre du ravitaillement en t'appelant par ton surnom, le grotesque maintes fois scandé tout au long de cette agonie dominicale est devenu un slogan. Un vrai harcèlement de ceux que tu aimes d'habitude mais que tu ne sais in fine pas maudire  malgré le traitement de faveur sournois prodigué ...

Conclusion

Mais ça aurait pu être pire. Car si ce comité de soutien a mis le feu grâce à ce panel de bouts-en-train emportant au passage ta dignité, il est des protocoles beaucoup plus condamnable. Ainsi, le runner armé de son fan club qui se prend au sérieux ... ersatz de spécialistes du sport pas ici pour rigoler. Des cons quoi ...


Le Joggeur Qui Râle

162 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com