Confinement: Faut-il dénoncer les runners qui ne respectent pas 1km/1h | LJQR

Si la question semble de prime abord triviale et sans nuance, elle ne fait malheureusement pas tâche dans le decorum actuel. Cette crise commence à rendre les gens fous et avec cette folie, la tentation de la délation. Un classique ...


Germain a le sourire: il vient de dénoncer un récalcitrant Célestin parti courir 1h15min !

Ecrire à la police pour baver sur ses voisins! Voilà bien une activité de loisir quoique de substitution (ou pas) en période de troubles sociaux. Un geste citoyen et civique même! Toujours en vertu de principes et de causes nobles sinon c'est moins savoureux. Et toute activité de loisir se doit d'être ludique et guidée vers le beau, le bon et le bien. Forcément.


"... à cause de ces inconscients si nous sommes confinés ." (Géraldine)

Géraldine pense par ailleurs, et ceci n'a rien à voir avec le présent sujet, que si le prisonnier est enfermé, c'est à cause des barreaux de sa cellule.


Ne tournons pas plus longtemps, doit-on dénoncer son voisin qui court deux fois par jour, "cette ordure inconsciente"? Celui que vous voyez partir à 9h15 et revenir à 11h le dimanche matin le sourire aux lèvres caché derrière vos rideaux? Signaler aux instances celles et ceux publiant sur les réseaux sociaux du running leurs sorties en forêt contrevenant à l'heure et au km réglementaires (quel audace!) ? Et Le Joggeur Qui Râle par la même occasion dont la rumeur murmure qu'il courrait sans attestation ...


Pour le délateur 2.0, écrire à la police se décline plus lâchement encore dans le fait de publier des photographies de "contrevenants" sur les réseaux sociaux avec des émojis et des #hastgags réprobateurs ... en ayant soi-même le cul dehors mais forcément pour de plus impérieuses raisons qu'autrui. Forcément. Tout n'est qu'évidence autocentrée avec le délateur 2.0 !


La question semble se poser (et vite répondue) de plus en plus pour les névrosés du confinement, les obsédés du gel hydraualcoolique, aux observateurs zélés des consignes du Conseil Scientifique et de Castex. On ne jugera pas ici de cette docilité inquiétante.


Si la disparité entre les situations individuelles commandent selon nous de faire profil bas sur ses sorties running [le citadin est moins bien "logé" que le rural] notamment sur les réseaux sociaux [certains modérateurs préfèrent supprimer les publications rebelles quand d'autres, plus opportunistes, se délectent de ces volées de bois vert ...], la marche entre la discrétion des uns et la délation décomplexée des autres est grande.


Les délateurs, ceux qui vous espionnent derrière leurs rideaux et murmurent, ont toujours existé. La société des réseaux sociaux et ses nouveaux comportements semblent accoucher dans la douleur de nouvelles dégueulasseries vicieuses. Telle une guerre préventive sans casius belli, le nouveau délateur [ou délateur 2.0] entend faire le bien (se faire du bien en réalité) en faisant du mal ...


Epoque de fous. Epoque de cons! Tu n'avais certes pas besoin de cela pour l'être mais le contexte te met en lumière. Une lumière sombre. Comme l'époque dans laquelle tu t'incarnes parfaitement. Et pour certains déjà, signe des Temps, la délation ne suffit plus ...


Ils courent et toi, tu es En Marche!




Le Joggeur Qui Râle

 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com