Logo 2 (2).png
 
 
 

Contradiction # Prendre sa voiture pour aller courir ...

Mis à jour : janv 28

Pour beaucoup, le jogging, c'est un rapport renouvelé avec la nature. Pour qui a la chance de pouvoir s'extraire de l'univers urbain agressif, un petit privilège qui a ce charme singulier de ne jamais se normaliser ...  Lors d'une compétition dominicale, la course à pied permet aussi de fouler l'asphalte dépouillé de ses hôtes motorisés. A Paris et dans certaines grands villes, cela vaut bien une messe. Mais revenons à nos moutons (ce que le coureur est hélas de plus en plus)! La voiture, et plus largement la pollution sont les bémols de la pratique de la course à pied pour bon nombre d'entre nous. Alors pourquoi, diantre ....





A la salle

Il est arrivé à Célestin, l'hiver dernier, de prendre son automobile, de se rendre à la salle de sport surclimatisée comme sa caisse, pour in fine finir sur un tapis de course. Soit l'équation périlleuse de bouger pour aller courir sur place. Lamentable métaphore d'une société qui court après tout, donc après rien (sauf après sa perte).

Responsabilité environnementale en RTT pour ce jeune militant europe-écologie-les verts (aux européennes seulement) soucieux d'un mode de vie sain ... pour la cohérence on repassera, mais ce qui prévaut dans ces logiciels biaisés, n'est-ce pas la bonne conscience - toute remarque rabat joie de nauséabonds relans de réac'? - assurément.

Ce schéma est archi-condamnable en été. En hiver, exceptionnel, on aurait presque envie d'être tolérant, oui, vous ne rêvez pas! Le cas échéant, décolle ton sticker écolo-mon-cul de ton diesel!


Le pire du pire

Prendre son automobile tout de running vêtu, rouler des bornes toujours en voiture, garer ses fesses, courir 10 minutes pour la "forme", reprendre son automobile fier, rouler, rentrer, prendre une douche et se délecter de sa vie de sportif assidu! Emprunte carbone et faux-semblant: le fléau du running a trouvé son étendard. Un bon selfie, une couche de pathos saupoudrée de # et des likes. Je vais me coucher satisfait ...

Circonstances aggravantes si tu enrobes le tout d'un blabla naturaliste à base de "moi je" ... Dans les villes moyennes, il est aisé de s'extraire du bitume en courant quelques hectomètres. A Paris (surtout), quelques parcs ou bois sauront vous accueillir pour vous épargner la froideur de l'asphalte comme horizon unique. Les ruraux devront reconsidérer leurs privilèges (route, chemin, forêt, vallons, air, faune et flore ... ) pour ne surtout pas/plus envier ces formatés de parisiens "particulisés" de l'intérieur.


Exonérations Se rendre à une course dominicale (tenter le covoiturage). Rejoindre des amis dispatchés géographiquement et intégrer la sortie dans le contexte social et amical. La sortie très longue hors contexte habituel (forêt, plage, éventuellement une piste).


Tout autre alibi précédé d'un "mais" n'est que gesticulation de néo-beauf sous dissonance cognitive matricielle.


Bonne séance.


Le Joggeur Qui Râle

242 vues

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com