Coronavirus & Running # Vers une interdiction !!

La mesure est désormais dans les tuyaux. La pandémie et le confinement sont visiblement vécus comme des vacances d'un genre nouveau. Beaucoup moins spectaculaire que l'apocalypse sur Netflix ce virus, les mesures prises pour enrayer la propagation exponentielle ce fléau moderne ne semblent pas dissuasives pour freiner l'ardeur des runners. Pire encore, ces derniers vivent cela comme une injustice et s'inventent dès lors des justifications forcément valables pour se pavaner dehors à 6'30'' du kil' entre les promeneurs.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais! C'est un peu le crédo du runner qui soulagera sa conscience in extremis le soir en applaudissant à sa fenêtre!


Ouff, sauvé!


Le dossard 261 au milieu des virus exfiltrés manu militari par un méchant Décret!

La pédagogie, ça ne marche pas. Si le runner est bel et bien sensible à tout ce qui se passe actuellement et s'affiche solidaire et globalement en accord avec les mesures prises, il ne voit pas pourquoi, in fine, il devrait se restreindre, lui. Après tout, on est tous le centre de son petit Monde, cela autorise bien des dérogations.


Si tout le monde obéit, le runner se dit qu'il sera bien le seul à aller courir son 10km en 1h12 et qu'il ne sera alors et de fait, plus exposé à la contagion.


"Le civisme des Autres, c'est ma Liberté préservée!" (Jean-Run Cisdouze)

Ainsi pense le runner "Moi je". Hélas, il n'est seul à partager ce paradigme egocentré. Les démiurges sont tels les étoiles une nuit d'été dégagée à la campagne, en masse comme une ceinture lactée sur la très mauvaise voie.


Bilan des courses, des quais blindés, des parcs peuplés de zombies lents, des forêts ambiances dominicales du printemps ...


Le décor est dressé. Il fait réagir politiques, médias, quidam et même les coureurs à pied. Une somme d'ingrédients annonçant une prochaine interdiction. Purement et simplement.


Après la pédagogie ...



L'autorité ...


Municipalités! Préfecture en attendant une énième modification du Décret du 16 mars 2020 article 1.



Partisan ou non du confinement, la réalité actuelle, c'est le confinement. Autant faire cela bien. La sortie running de 10 km à 6' du kil' n'a rien d'impérieux, même pour le démiurge narcissique qui post cette insignifiance sur les réseaux sociaux selfie et # à l'appui. Détend toi cela va bien se passer! On attend désormais la fermeture des métros histoire de prendre un peu plus au sérieux ce battage médiatique très infantilisant.


j'espère que vous avez éteint (jeté) votre télévisions?


On remercie donc nos amis RUNNERS narcissiques, nombrilistes, histrioniques, egoistes, egocentrés ... pour tout! En souillant la pratique du running de leurs tares pathologiques, ils nous privent à court terme du petit carré de Liberté dont on pouvait jouir salutairement.


Sauf que "Moi je" ne pouvait, ne peut et ne pourra, composer avec la Raison, la discrétion et la Mesure dans l'exercice de sa toute puissante Liberté. Le "Droit à" est un absolutisme grotesque et aliénant. A l'échafaud!


Depuis le temps qu'on vous le dit ...




Le Joggeur Qui Râle



424 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com