Débat # Les médecins prescrivant repos et arrêt du sport sont-ils des #Haters et des jaloux?

Mis à jour : févr. 10

La blessure, la boule noire de MOTUS du runner qui aime courir. Parce-que ménager sa monture, être raisonnable, ce n'est pas vraiment notre truc, à nous les runners agités en quête de reconnaissance numérique par le post de nos sorties indigentes sur les réseaux sociaux du running, comment alors ne pas - ne plus? - se laisser impressionner et dicter notre conduite par ces BAC+8 formatés rabat-joie?


Petites astuces ...



"Les médecins, c'est des cons, moins tu les écoutes, mieux tu te portes!"

La prudence, ça va bien 5 minutes. laissez-nous courir à la fin! A les écouter, en effet, courir serait dangereux pour ceci, mauvais pour cela et il faudrait s'encadrer de moults précautions pour s'adonner à notre libre évasion en toute quiétude. Bon sang, mais quel cirque pour justifier ces honoraires en inflation constante. Dans carte VITALE, il y a VIE me semble-t-il ...


Comment ce médecin sur le retour peut-il jauger de ma santé et des mes articulations après ce rendez-vous de 15 minutes et me prescrire un repos minimum de deux bonnes semaines ainsi que 10 séances de kiné chez son collègue!?


Bon, ça fait classe d'être retapé par un kiné, le CV s'allonge et le run credibility propspère mais tout de même! Je vais illico demander l'avis des spécialistes numériques du web running. Avec un peu de chance, je trouverai bien le boulanger du beau-frère d'un voisin d'internaute que je ne connais pas qui aura eu la même CHOSE rétablie à base de footing lent bi-quotidien ... Eureka, le running 2.0 est merveilleux. Adieu kiné et repos, vive le running ...



"Radio doctissimo, vous m'entendez?!?"

En sortant du centre hospitalier avec ma grande pochette à radiographies, une seule idée en tête ... que je réalise depuis mon véhicule mal garée. Un radio-selfie bien calibré apparait sur le fil d'actualité facebook de la communauté running 2.0!


Les diagnostics on line pleuvent et abondent dans le sens de mon biais de sélection. Ce n'est "pas grand chose" et aucune contre-indication n'apparait "d'ici" à la poursuite du running. Des footings lents assurément ...




D'où vient ce besoin de donner son avis hors-zone de compétence du runner 2.0 vautré devant son écran? L'enfer pavé de bonnes intentions?


Le runner 2.0 privé de son "droit de courir" entend revendiquer sa créance devant le tribunal du run libre présidé par l'esprit running 2.0 ... Verdict: vous pouvez courir cher citoyen du running. Et n'oubliez pas de consommer au passage.



"Le bon sens et la raison sont écartés autoritairement quand ils ne sont tout simplement pas noyés dans un flux indigent ..."

Le socionaute (compris le runner membre de groupe dédié ayant une formation idoine) encore pourvu de bon sens et à l'authentique bienveillance (pas l'empathie dévoyée des soldats du déclin cognitif) aura-t-il osé seulement évoquer la prudence et souhaiter un bon courage et prompt rétablissement au runner claudiquant quoique gesticulant qu'il subira la foudre des censeurs. La prudence n'est rien face aux arguments d'autorité et à la Loi: si c'est arrivé à mon beau-frère en 1997, alors tu peux me croire, tu peux COURIR! Couteau suisse contre grosse Bertha ...


Synthèse

Le runner 2.0 blessé est un enfant capricieux privé de son jouet. Le "moi je" menant à la névrose et à la dépression, il guide le runner vers le biais cognitif. Biais de sélection notamment quand il part à la chasse aux informations, aux expériences d'un tout abstrait numérique confus.

La voix de la prudence est rejetée. La satisfaction du plaisir doit être immédiate, immature. Ce qui doit être différé est mauvais.


Ce que tu caches derrière ton petit doigt sur la souris n'existe salutairement plus.


Le médecin et le conseil prudent, raisonnable, et même parfois jusqu'à l'évidence, sont écartés, par un grand écart cognitif qui aggrave forcément la blessure originelle.


Rabat-joie donc, et puisque nous sommes sur le terrain du Net et de ses codes culturels, jaloux, #Haters , rageux, troll, et pourquoi pas taupe de #LJQR ...


Bref, ce qui entrave le "droit à" courir du runner 2.0 est nauséabond.

On imagine déjà l'excellence du podium catégorie " éclopé.e.s" de la prochaine édition de la course à l'Ego ...



Le Joggeur Qui Râle



 

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com