Ecologie: Vers la généralisation des courses virtuelles | LJQR

Mis à jour : nov. 18

L'écologie et le paradigme environnemental nous poussent-ils vers la généralisation des courses virtuelles à réaliser chacun chez soit avant la centralisation des résultats par l'organisateur? Le contexte politico-sanitaire actuel et l'écologisme militent en ce sens.



En période de confinement généralisé et pérenne, le calendrier des courses vire au rouge et les annulations s'empilent comme les km à l'entrainement, aussi les courses virtuelles sont de petites oasis sympathiques et communautaires pour briser la monotonie des séances en solitaire. Et merci bien.


Mais voilà, les opportunismes politiques en général et idéologiques en particulier sont particulièrement vifs. Ainsi, la perspective de la fin des courses IRL (In Real Life, par opposition à virtuel) se fait jour. Doucement, calmement. C'est prégnant.


Il faut dire que le défilé de SUV le dimanche matins dans nos bourgs provinciaux fait monter le compteur carbone! Les toux grasse de moteur diesel dans le champ du père René rivalisent avec les quintes sèches du sas de départ! On ne respire plus!


Le co-voiturage et le label eco-friendly zéro carbone mis en avant par les organisateurs ne saurait calmer les ardeurs militantes de ces Ayatollah du vert (dont il y aurait pourtant beaucoup à dire quant au mode de vie full-carbon-friendly) toujours prompts à tirer sur le marginal histoire de soulager une conscience lâche et stipendiée face aux vrais enjeux (nous généralisons sans complexe). Fort avec les faibles, faibles avec les forts ... On ne tire pas sur la main qui vous subventionne rétorque les comploteurs.



Certes, l'idée peut séduire la communauté des runners à grosses semelles (surtout les 2.0], laquelle est assurément sensible à toutes ces questions sociétales déclinées à la petite semaine. Tant qu'on peut vivre un simili de vie sociale à travers le partage sur les réseaux sociaux ... Un moindre mal pour la bonne cause. Si la niaiserie s'emmêle.


Mais ...


Car le mais s'invite au menu. Le runner prêt à sacrifier les petits dimanches matins "ensemble" ne saurait en revanche rogner sur sa motivation première. Le maillot et/ou la médaille de FINISHER!


Une médaille, par exemple, qui aura fait le tour du monde pour finir poussiéreuse dans un tiroir oublié, mais si fédératrice lors de sa réception par voie postale avant même le départ de la course.


Au final, le runner serait-il prêt à sacrifier la socialisation et le plaisir d'être ensemble pour finir névrosé sa médaille autour du cou postée sur les réseaux sociaux à coup de #Hashtags faussement enthousiastes ?


La servitude volontaire mal lu et mal comprise mais bel et bien vécue par la Plèbe docile la médaille entre les dents ? #ProudToBeASlave


L'idéologie est une maladie mentale qui corrompt les âmes. Surtout quand elle se drape des vertus qui nous concernent tous. Ne laissez pas les idéologues penser à votre place.


Fin des goodies inutiles et des médailles (sauf pour les récompensés), option permettant de ne pas recevoir de t-shirt (et logistique permettant d'ajuster les commandes selon les inscriptions sur Internet) et maintien des courses en "dur".



Le Joggeur Qui Râle

 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com