Logo 2 (2).png
 
 
 

Ma vie sans le Running .

Mis à jour : 28 déc. 2019

La course à pied, ou plus in le running, est une magnifique activité pour se défouler, se vider l'esprit, se faire beau ou belle. C'est aussi, de plus en plus, un vecteur de communauté et d'échanges via les réseaux sociaux notamment. C'est également une niche pour les Egos boulimiques de reconnaissance ...


Et si Narcisse ne courrait pas, ferait-il malgré tout du sport?




Une réflexion liminaire tout d'abord: que font les intégristes du féminisme face à l'expansion de LE Running au grand détriment de LA course à pied ...


Revenons à nos moutons, enfin à nos Runners! On a dit en introduction que le Running était devenu une activité sportive mais aussi sociale. Avec les excès bien connus de vous, lecteurs mais néanmoins runners à vos heures vous aussi! Un brin 2.0 aussi, ne le niez pas!


Comme le runner en son sport, l'individu moderne cherche la reconnaissance. Il n'est pas toujours aisé d'en recevoir, ivre, par la performance et l'excellence! Aussi, le runner 2.0 a su se réinventer des bulles de champagne bien à lui: Selfie, compte rendu de séance, quantité qui noie la qualité ... tout ça pour finir par vendre des chaussettes dépareillées et du beurre de cajou ... voir prendre une com' sur la vente de produits dont on place le test sans subtilité! Quand la plèbe passive se contente, quant à elle, de pouces bleus et de pathos tiède!


Si le running n'existait pas, comment le runner 2.0, qui s’appellerait de facto autrement, ferait-il pour Exister sur les marches supérieures de la pyramide de Maslow?


Voilà une bonne question!


La nature a horreur du vide.


Et si Jean-Run s'appelait Jean, il s’appellerait en réalité sans doute Jean-Fit. DU moins peut-on en présager tant le monde du Fit/cross/muscu est l'autre terre de l'instagramage aliénant et vide ... le sans-tête vouant un culte de lui-même se voue donc un culte du corps.


Car soyons réalistes, on imagine fort mal Géraldine, Anthony, Martine ou Jean-Trail se mettre à la littérature ou au violoncelle pour exceller ...


Se mettre en scène à la salle, avec le jeu des miroirs et une blinde de textiles, de chaussures et d'équipements idoines, ça c'est super cool et inspirant. Placements de produits garantis sans subtilité puisqu'on préjuge le coeur de cible totalement idiot et niais, atomisé par le #Hashtag pour tous.


En bref, vous l'avez deviné, si le runner 2.0 ne courrait pas, il serait le même mais dans une salle de sport. Il aurait les mêmes codes et quasi les mêmes slogans. Les haltères plutot que les runnings, les prot' plutôt que les gels, les hangars de 2500 m² plutôt que les parcs. Mais les mêmes barbes et les mêmes tattoos (pas les mêmes motifs) ...


Mais au moins, nous autres runners authentiques, le loisir de ne plus les voir sur les courses ni sur les réseaux sociaux du running, enfin débarrassés de ses plaies béantes et salées à coup de "moi je" permanent ...


On les regretterait presque déjà ici ...


Le Joggeur Qui Râle



©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com