Fléau des Courses # Le RUNNER déguisé!

Mis à jour : janv. 28

... pire encore, les groupes d'ami(e)s revendiqués sympas déguisés ... ils veulent être sur la photo, et dès lors, tout leur est permis, dû ... l'enfer pavé de bonnes intentions en synthèse. Festif. Sympathique. "Pas prise de tête". "La course à pied oui, mais dans la bonne humeur". "Brisons la tyrannie du chrono" .... petit florilège hélas non exhaustif des mots qui gravitent autour de ce que nous qualifions dès le titre comme fléau. Avis assurément clivant mais qui résonnera sans doute chez quelques runneurs excédés par ces parodies de carnaval de Rio pour tous déclinées sauce Course en fête ... Les raisons de ce fiel gratuit et en abondance (Karcher suisse)? Notre aigreur. Notre frustration, dirons les plus outrés. Délit de sale gueule crypto-fasciste. Faux! Nous revendiquons le bon sens, avec un zest hargneux de mauvaise foi! Notre degré d’éducation, notre QI, et notre souci du blabla nauséeux commandent quelques lignes d'explication (plus que de justification, nous ne nous justifions jamais, car tel est notre plaisir) .. toujours là? Bien ...



Pourquoi tant de haine proteste déjà "Michel Passion Running" sur son compte facebook. Amis des dames et fan de Gal Elmaleh, il ne supporte pas l'acide déversée par ces ayattolah du runnings via les réseaux sociaux. Il revendique, goguenard, la bonne humeur sur les courses. Jamais avare de calembour, c'est "touche pas à ma touche de folie" quand il débarque grimé avec ses amis sur les quelques éventements auxquels il participe dans l'année. Débiteur de bonne humeur, mais surtout créancier d'une reconnaissance très 2.0, il exigera de figurer sur la photo et polluera ce faisant la tête des lignes de départ avec sa petite surcharge pondérale post-estival ...


Parfois, les coureurs déguisés innovent et font preuve d’ingénierie sonore. Soundblaster intégrée à une panoplie trop ostensible aidant, la nuisance se fait sonore. Nos sens en PLS ... oui et non: nous sommes déjà loin devant, ouf! Je me tire illico après la finish line pour ne pas pester contre ces combo sensoriellement offensant. Il pleut à verse, tant mieux ... après tout, tu n'avais qu'à pas faire cracher tes baffles avec ce bruit trop actuel ...


Dans le groupe peinturluré, Esteban est un sportif comparativement à ces comparses. Un rapide coup d’œil aux silhouettes confirme la donnée. Esteban est cependant novice en course à pied. Du haut de son "moi je" - malgré son baratin tolérance et compagnie, l'égo encombre quelque peu le loufiat - il se dit que ce n'est pas sorcier, aussi il s'émancipe du groupe assez vite pour tenter d'amuser la galerie en tête de peloton ... ses bases lui permettent de tenir la cadence quelques hectomètres, puis c'est l'explosion, lamentable ... pour minimiser le camouflé il ira jusqu'à baratiner ses amis ("je vous ai attendu, l'ambiance est détestable chez les c/bons ..."). Derrière le joyeux drille déguisé, un homme médiocre comme les autres, finalement ...


Robert a dû passer par la case infirmerie à la fin de sa course. La raison: un genoux en sang. En effet, Bob en contournant une ligne de coureurs avinés et déguisés a trébuché sur une racine sur le bas coté ...d'humeur bonnehomme, monsieur Deplagne Robert maudit désormais ces être fantasques.


L'originalité sauve parfois les chicanes mobiles de nos jugements sans appel.Parfois seulement, hélas pour tout le monde. Majoritairement, nous devons nous coltiner, nous autres coureurs pas drôles, de la faute de gout mobile ... tape à l’œil, criard, délavé, convenu, pas rigolo etc .... il faudrait mandater quelqu'un pour gâcher la fête.

Le carnaval de l'étudiant (chez nous, à Caen, ce carnaval réunit une énorme brochette d'étudiants qui ne révisent pas alors que les partiels approchent) a ses succursales sportives. Bien souvent, les déguisés sont des "jeunes" (avec tout ce que cela sous-entend) ... on a parfois des brochettes transgénérationnelles avec seniors ... ultime affront, le gosse déguisé et dressé dans le règne de la déconne poilante! Pauvre gosse, futur bouc émissaire de sa classe!

Le coureur déguisé, un fléau coloré qui pique les yeux. Le fuir, c'est survivre.


Le Joggeur Qui Râle

 

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com