Logo 2 (2).png
 
 
 

Le Marathon Olympique de Paris 2024 ouvert à tous # Bonne idée?

Mis à jour : janv. 29

L'annonce a été faite ce jeudi 21 février 2019 et anime les réseaux sociaux du running. Un premier constat s'impose: le sujet est clivant!

Éternelle querelle entre "initiés" conservateurs et amateurs plus "progressistes"? Sans doute un peu.

Chez Le Joggeur Qui Râle, la grille de lecture appréhende forcément un peu la question de l'Ego du Runner autorisé de facto à tutoyer les olympes sans se confronter aux fourches caudines des "minimas" (très filtrants il faut le dire).


Cette initiative entérine-t-elle une des déclinaisons du running 2.0 - le running pour tous - dans sa facette "quart d'heure de gloire"? Quid des modalités d'inscriptions et des éventuels couts? Un tirage au sort? Prime au plus rapide à ... s'inscrire?


La course à pied est morte, vive le running crie-t-on chez les bénéficiaires de la vulgarisation ... une nouvelle étape aliénante en vue?





Belle initiative a priori. Courir le marathon des Jeux Olympiques et profiter d'une ambiance électrique et fédératrice. La théorie et les business plan sont toujours prometteurs a priori.


Pour consulter l'article paru sur le site de lequipe, cliquez ici ...


L'annonce faite ce jour est hélas très peu prolixe sur les modalités. Sans doute s'agit-il d'une information en forme de "sondage". Soit.


Nous ne digresserons pas trop sur les prévisibles modalités d'organisation, faute de données, nous ferons de la simple et critique (forcément) prospective avec comme grille de lecture l'évolution contemporaine de la course à pied devenue Running (si vous nous lisez, vous saurez que cette évolution dépasse la simple sémantique).


Gestion de la quantité

On peut sans risque envisager un afflux monstre et international de demandes de dossard pour un tel événement. Le marathon de Paris faisant péter les scores, un marathon ayant pour théâtre grandeur nature les JO à Paris a vocation à enflammer les vocations! Difficile cependant d'imaginer 150 kilo-coureurs suant de concert au son des valeurs Coubertines ...


Un massacre tarifaire en vie ou la Loi de l'Offre et de la Demande.

Le comité olympique va-t-il devoir confier l'organisation à ASO par exemple, rodé sur le format? Pas philanthrope pour un ... sou, le dossard sera selon toute vraisemblance payant, que dis-je, onéreux. Le tarif devrait ainsi suivre la courbe de la demande et décourager les moins fortunés, serait-il SUB3!


Prime à la vélocité du clique pour s'inscrire ou tirage au sort?

Comment, le cas échéant, arbitrer entre les demandes de dossards de celles et ceux prêt.e.s à bourse délier? Un tirage au sort façon UTMB et la prime à la chance? Primo tempore potior jure, celui qui est le premier dans le temps en droit l'emporte, comme lors de la sortie du dernier apple ou la diffusion du dernier star wars. Le Runner 2.0 est rodé à ces déviances modernes de la société de consommation maladive stade terminal.


En pratique, les "marathoniens pour tous" devraient partir en retrait des élites dotés du sésame "minimas" glané sur le circuit professionnel. Il s'agit bel et bien d'un symbole à fort rendement lucratif.



Une aubaine pour le Runner 2.0 et son Ego

Le Runner 2.0 privilégié qui sera aligné et finisher de l'événement n'ira assurément pas se prendre pour un cador du bitume mais nous gratifiera d'une cascade de niaiseries prévisibles, faussement enrobée de dérision mais vraiment fourré de pathos sauce valeurs universelles et émotions molles à la seule gloire de son égo numérique aussitôt postée sur les réseaux sociaux du running.


Tablons sur l'interdiction élémentaire de la perche à selfie pour ces participants "pour tous". Difficile cependant d'échapper aux lives tout azimut et aux selfies publiés en temps réel agrémenté de chouineries olympiques. Ce grand circus universel, dans toutes les langues, à la gloire des marques et des Egos.


Etaler ses larmes d'émotions, scribouiller du pathos achetés à prix d'Or et au détriment de pratiquants de la course à pied plus méritant ... une synthèse en forme d'apothéose du déclin et du triomphe du "moi je" sur la planète running.


#IDidIt et "j'y étais" alimenteront le sombre égrégore du magma des Egos au service du déclin cognitif. Le règne du néant narguant la rigueur et l'implication des Vrais.


Validé par les marques qui y trouvent des débouchés faciles, ces marathoniens olympiques se sentiront membres d'une caste à part, ad vitaam. Ignorant par confort narcissique et superficiel que ce symbole olympique greffé sur le beau et le bon des vrais champions de l'excellence n'est qu'une opération marketing pour te faire les poches avec le sourire. Quand le spolié chiale d'émotion de se faire racketté avec la complicité de son Ego traitre à soi.


D'ici 2024, le running 2.0, au gré des updates, sera qui sait passé au 8.2 ou aura tout simplement encore une fois changé de nom afin de verrouiller et institutionnaliser ses évolutions en forme de déviances toujours plus matérialistes et aliénantes? Quid alors des gesticulations des "nantis" sur les réseaux sociaux. Quels codes? Quels # ? Selfie-CB ? Pourra-t-on s'acheter des médailles sans courir? L'achat de minutes pour booster ses recors personnels sera-t-il une pratique banalisée? Court-on vers le e-running?


Quand la communication met en avant de beaux symboles, la méfiance est de mise chez le coureur à pied avisé. Le runner, lui, jubile d'avance à l'idée de faire patte blanche envers son Ego autoritaire et brutal.


Dont acte.



Le Joggeur Qui Râle

721 vues1 commentaire

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com