Logo 2 (2).png
 
 
 

La jambe lisse du cycliste # Comment & pourquoi?

C’est LE cliché du cycliste. L’homme de vélo s’épile les jambes, emportant dans sa besace, a priori sur sa virilité et son rapport au corps (ce n’est pas seulement qu’un dopé en puissance)! Loin de n’être qu’une part de sa féminité, le cycliste dispose de tout un arsenal d’arguments pour se justifier (s’il daigne le faire d’ailleurs!). Autre arsenal tout aussi complet : les méthodes d’épilation.

Le cycliste, ce héros.




Pourquoi le cycliste se rase-t-il ? Vérités et faux-semblants. Comment rend-il ses jambes smooth as silk ? Du douillet au dur au mal, on vous dit tout !


Pourquoi ? Parce-que ! C’est une tradition, et les traditions, ça ne se discute pas …


Hygiène et santé En cas de gadin (et oui ça arrive même au meilleur, l’actualité récente et tragique en témoigne hélas), une jambe soyeuse accueillera mieux le traitement de la plaie sans soupe de poils. Le bandage et le pansement adhère mieux et plus près sur une jambe lisse. Le retrait du pansement est plus aisé sans les poils (pour s’en convaincre, voir notre seconde partie Comment). Moins de risque bactérien avance-t-on également sans le poil piège à tout. Le massage, l’application d’huile et de crème est plus commode sur de la guibolle imberbe, naturellement.

Performance et aérodynamisme Le puriste avance l’argument techno-scientifique. L’aérodynamisme. Il rejoint ici le nageur, lui aussi glabre, torse en bonus (surtout avec l’interdiction des combinaisons, ce dopage technologique). Des geeks se sont même lancés dans une estimation des potentiels gains (!). 5 secondes sur un Tour de France de près de 4000kms pour certains, de l’ordre de 19 secondes aux 40kilomètres pour les seuls bras pour d’autres (cf. vidéo). Quand même. Cet argument sonne comme un pipeau mal accordé, surtout chez l’amateur.


C’est plus beau … L’homme est-il une femme comme une autre ? Le cycliste assume parfois le coté esthétique de l’épilation. Un muscle saillant qui luit au soleil après un entraînement solide … le degré d’affûtage à portée de regard. On pourra à la marge s’amuser de notre jolie marque de bronzage, bien plus marquée en mode épilation.


Mais au fait, que dit la science?



Comment ? Pour tout complément d’information, demandez à madame … La cire Chaude ou en bande, on applique bien, on souffle et on tire ! Fort, et sec ! Douloureux, mais efficace, la repousse est lente.


La lumière pulsée et le définitif Plus onéreux mais définitif à terme. Adieux mes poils. Ici comme pour la méthode 1, l’Institut de beauté accepte les hommes …


Épilateur électrique A éviter sur les grosses toisons sans quoi la douleur sera insupportable et l’équipement vite HS !


La crème dépilatoire Appliquer quelques minutes uniformément sur la partie à débroussailler, puis retirer à la spatule sous la douche. Un magma boueux éclipsera le poil. Tester avant sur une petite zone si risque d’allergie. Le poil est brûlé. Efficace pour les douillets.


Le rasoir Un classique. Efficace sous la douche notamment. Pensez à savonner la zone pour une glisse parfaite. Patience de rigueur pour ne pas se couper et parfois saigner abondamment (surtout si vous êtes fortement « capillarisé »)


La tondeuse Pour une épilation plus superficielle mais rapide et sûre. La tondeuse peut être un préalable avant le recours à une technique plus « poussée » pour mieux repousser la repousse (avant la cire ou l’épilateur électrique).

Votre serviteur a bien évidemment testé toutes ces méthodes avant de vous les évoquer.


De rien.


Normal normaux, bicyclette vélo

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com