Logo 2 (2).png
 
 
 

C'était mieux avant # Les groupes de Running sur Facebook!

Mis à jour : janv. 29

Nostalgie quand tu nous tiens. 

Le passé, c'est le refuge de l'idéalisme d'antan, un biais cognitif parmi bien d'autres, chez le runner 2.0 (et traileur 2.0 désormais, voir notre chronique  - Affirmation # Je suis traileur, pas runner!- ).

L'enthousiasme de nos débuts de coureur à pied à progression exponentielle vire à la routine et au diktat de nos montres onéreuses! Idem sur la runningosphère 2.0 ... nos yeux novices flattés par quelques déclarations, articles, publications inédites se noient désormais dans le vulgaris pathos des runners 2.0 amorphes et insensibles à ce qui se meurt. La rançon de la gloire?

Oui, mais pas seulement!

Osons l'analyse!





La communauté de runners se déclinent en deux mouvements non exclusifs. La communauté sur le terrain, et la communauté 2.0!

Parmi les communautés de terrain, certaines font dans l'élitisme, ou pseudo-élitisme. Casting à l'entrée ou presque, pas de gros ni de moche! En contrepartie, cette communauté fait dans la surenchère de pathos pro-esprit-running ... Du pilpoul en bonne et due forme! Bref ...

C'était mieux avant, l'adage des vieux cons? Pas forcément!

L'objet de l'analyse ici, c'est la communauté 2.0!

Au commencement était l'enthousiasme du début!

L'enthousiasme des premières fois, des premiers instants, du début ... après tout se fane comme disait le poète #LJQR dans sa période fleur bleue ... elle fût brève, comme éphémère, et merci bien!

Revenons à nous moutons de runners 2.0 jadis non encore obnubilés par leur déclinaison 2.0 d'un "moi je" hélas préexistant! La nature humaine ... Les réseaux sociaux permettait aux hommes de se réunir virtuellement autour d'idées, de passions ... la course à pied en plein boom, bientôt rejointe par le phénomène trail (niche à préserver pour certains, territoire à partager pour d'autres) investissait le Net pour assurer son auto-promotion! Salutaire était ce commencement ... les néophytes observaient les initiés avec attention, respect, et parfois dévotion ... le ver dans la pomme?

Le quidam débutant accédait à du contenu, aux conseils, au REX (le retour d’expérience tout azimut sur tout, puis bientôt n'importe quoi ...) ... le runner 1.0 était porté, motivé, l'émulation par cette nouvelle forme de communautarisme. Le partage passait par la lecture, la vue attentive de tel ou tel document ou cliché. Une forme de rareté prédominait, l'écoute était attentive,  déférente ... les  orateurs ès-qualités respectueux et respectés.

Bientôt, les membres de ces communautés échangeait entre eux dans ces nouveaux forums interactifs de la vie social ... sportive. On parle tous de la même chose avec un vécu propre. Regards et échanges croisés. Similitudes, points communs et divergences. La richesse de l'existence cristallisée sur ces nouveaux supports de l'échange ... magique.

Les plus audacieux franchissent le pas et se rencontrent, courent ensemble et rient ... le virtuel au service des réalités parfois éclatées, atomisées, de nos grandes cités modernes!

La grenouille se veut plus grosse que le bœuf ... et bientôt les hiérarchies tacites établies, mais plus encore la courtoisie, le bon sens élémentaire, la retenue et la tempérance affichaient un point de coté ... certains egos  appuyés par cette quête pathologique de reconnaissance phagocytaient l'édifice ...

Puis ça a merde! Pourquoi?

 La nature - humaine - a horreur du vide. Un tel vivier humain suscite les convoitises. Cet agrégat enthousiaste et quantitatif perçu comme une matière première exploitable ... Prospects et consommateurs en puissance (merci l’aliénation cognitive, opportuniste puis actrice de ce dévoiement), vecteurs dociles de reconnaissance factice 2.0, glaise à façonner de l'égo ... n'en jetez plus!

Les marques ont investi sournoisement le "game" de ce que nous appelons ici à #LJQR la runningosphère ...ambassadeurs gesticulants nous vendant leur camelote sous couvert d'esprit running et de jovialité fake! Stakhanoviste du dossard et de la bonne humeur avec script à suspens (blessure, doute, #NopainNoGain et selfies du package complet ...)! L'athlète élite est beaucoup plus modéré sans sa com' marketing ... le runner médiocre à moyen compense sa lenteur athlétique par de la gesticulation numérique sur les communautés de runners dits désormais 2.0 du Net ... pénible et tellement auto-centré de sa personne! Charisme très relatif mais l’acquiescement numérique passe par un clic ... ce clic est désormais automatique. Zombies.

Le petit chef à l'égo traumatisé puisera dans "SA" communauté de quoi se goinfrer! L'égo du petit chef avorton est glouton ... il usera les plus rebelles, et aliénera à sa cause les plus dociles. La communauté 2.0 de runners ...2.0 est un petit laboratoire de la vie. Un open space sui generis! Les guerres, qui sont en réalité des "guéguerres" d'égo ont pour théâtre la "place publique". Avec partisans, traîtres à la cause, propagande et coups bas! Les résistants raseront-ils les barbes à la libération? A l'aliénation peut-être même bien! Futilités!

Last but not least! Le #Selfie et la fierté du #Finisher ... coup de grâce à la bonne tenue de la communauté de runners.

Nous avons traité sous toutes les coutures (même si ton textile et tes runnings onéreux en sont dépourvus: garantis sans frottement, ce qui nous épargnera pas de #Selfies de tes pieds, jambes et autres anatomies moins avouables de plaintes et complaintes démontrant le caractère dolosif de l'argument commercial auquel tu succombes de facto en bon con-sommateur docile ...ouf!) ces biais!

Entre de rares publications intelligentes, utiles erga omnes et fédératrices, les #Selfies post courses ou training, les gros plans pornographiques de pieds ensanglantés, de malléoles boursoufflées et les radios illisibles pour le commun des mortels rivalisent avec les demandes de conseils vicieuses qui ne sont en réalité que des prétextes à parler de soi et son pauvre sort ... quand Jean-Run n'affiche pas son ego et son "moi je", il le fait quand même mais en sous-tirant de l'empathie que le runner 2.0 docile et cognitivement amorphe lui offrira automatiquement ... L'ingénierie sociale pavlovienne régit les rapports humains avec grossièreté.

Ce trou noir cognitif rassure le runner 2.0 qui y puise sa raison, son miroir mais aussi sa déprime! Pas touche à ma niche aboie le chien de garde de la runningogosphère, féroce avec les âmes libres et diplomate avec son semblable. Qui s'assemble (par défaut) finit par se ressembler vraiment.

 Prospectives ...

 Homogénéisation et ingénierie sociale ... le travail a été fait. La marchandise peut-être déversée sur le "coureur à pied" sans se fouler! La fracture du porte-monnaie précède la fracture de fatigue ...

Le running libère avant d'aliéner. Sur les chemins comme sur le Net. Les phénomènes humains marginaux se développant finissent toujours ainsi ... Le traileur émancipé a vu la meute le rejoindre et le dépasser! Le trail est désormais un refuge de consommateur technique surfant encore, un peu, sur la vague du spécifique et de l'initié ... le traileur "authentique" est cerné quand il ne sait pas lui-même hara-kiri en se surjouant!

Le progrès est utile quand il n’aliène pas. Nul doute que l'Homme avisé et raisonnable, intransigeant sur son être et sa Liberté saura trouver quelques alternatives pour préserver sa passion des turpitudes contagieuses de sa version dévoyée!


Le Joggeur Qui Râle

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com