Le Traileur: Loin d'être un bon coup | LJQR

« Les sportifs, ce sont des bons coups » entend-on trop abusivement quand les langues se délient et évoquent la Chose …



Les poncifs !

Si la remarque a quelques relents de Vrai, une observation s’impose hélas comme une herse au milieu du sentier : Le Traileur 2.0 est-il un sportif ? L’enjeu est de taille, sa virilité est en jeu !

Éléments de réponse avec votre guide dévoué qui, spécialiste ès-qualité, en connaît un rayon.

Le Traileur, surtout de type masculin, aime se voir comme un mâle-alpha. Tattoo de gros dur, barbe de survivor et muscles saillants. Toute la panoplie invite aux fantasmes les plus débridés avec comme cœur de cible, quelques demoiselles las de la sédentarité qu’elles embrassent trop souvent !

Après tout, le sport, c’est bon pour la santé, et par quelque théorie du ruissellement, ce qui est bon pour la santé en général est bon pour la silhouette en particulier. C’est bien légitime, et merci bien !

Notre traileur soucieux de son aura sexuel, qu’on appellera ici Ghislain, a bien compris les avantages à pratiquer et plus encore, à revendiquer sa qualité de « grand » sportif, Traileur.


Ça se passe en deux temps.

1er acte#

Ghislain roule des mécaniques avec son attirail Made in Trail (barbe, tattoo, équipement, jargon qui impressionne, performance moyenne mais suffisamment évasive pour le profane pour tromper …). Avec le nouveau public du Trail et de l’Ultra, toute une prospection s’offre à Ghislain … Opportuniste !

Second acte #

Une fois séduit.e par tout ces faux-semblants, la cible des élans narcisso-sexuels de Ghislain pourra juger sur pièce les « qualités » vantées bien souvent sans le moindre détour par notre ami.

Et là … c’est le drame. L’incident. La panne … Sans son déguisement et son armure, Ghislain est mis à nu. Nu, lui et ses faiblesses. Quelle déception. Le Mike Horn du Trail se mue en Jean-Claude Duss, qui, comme on le sait tous, n’est pas expert dans l’art du planté de bâtons ! Il faut dire que le vin chaud, ça n’aide pas beaucoup ! Équipement minimaliste et endurance fondamentale bien terne !

Pseudo-sportif donc, et doté d’un mental finalement très friable, le Traileur 2.0 peine à incarner ce qu’il a fini par se convaincre être : un mâle-alpha, bête de sexe et un bon coup !

Quelle déception pour celui ( ou celle) qui découvre le pot aux roses ! Le soufflet retombe plus vite qu’une descente technique à la KJ sous perfusion de go-pro promotionnelle entre deux tartufferies marketing!




Le Joggeur Qui Râle

 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com