Logo 2 (2).png
 
 
 

Les bons gestes ecoresponsables du TRAILER …

Updated: Feb 25

Le trailer-coureur de course nature qui parcourt 20 bornes grand maximum le dimanche peut-il se passer de camelbak ? A-t-on réellement besoin de 10 paires de runnings Salomon ? La compression tout azimut a-t-elle de réelles vertus pour le coureur du dimanche qui ne gambade « que pour le plaisir » à 7’ du kilo ? La fanfreluche muée en objet transitionnel pour le trailer en manque de repère et le fétichisme matériel sont-ils soignables sans en passer par la Thérapie et l’Analyse ? Assurément, il suffit juste d’un petit effort et d’un zest de Raison. Maturité.



La prise de conscience collective relativement aux questions écologiques, et avec elles, sur nos modes de vie au sens large, n’épargne pas le trailer. Amoureux de la Nature proclamé, elle l’assaille particulièrement … (sauf le trailer à SUV Diesel).


Voici quelques pistes pour ménager notre écrin lors de la pratique de notre sport.


Sus à la surconsommation compulsive de chaussures !

La publicité nous harcèle et les fabricants nous promettent de confortables gains de temps (et d’amorti) grâce à la nouvelle … Difficile, parfois, ne pas succomber aux sirènes de l’achat compulsif bercé d’illusions. Le trailer militant traînera ses savattes jusqu’à la corde avant de les reconvertir en soulier du dimanche pour les ballades en fôret, voir carrément pour aller chercher la pain à la boulanj’ à la fraîche.


Le Plogging en déclinaison sportive du trail-running

Armé de son sac à poubelle portatif,e le néo-trailer ramasse et amasse déchets sur déchets sur la route de sa sortie. On casse le rythme et on se contorsionne et on repart. C’est du circuit-training sui generis. Bon pour la nature et pour la forme. Que demande le peuple.


Venir sur les trails du dimanche matin en vélos ou en co-voiturage …

On va pas se mentir, quand il pleut ou que l’événement siège à 30 bornes de ta métropole, lé vélo, c’est too much. Le co-voiturage est une solution salutaire. Pas difficile à organiser, il suffit juste de rogner sur l’individualisme. En plus ça créé des liens entre trailers si habitués à se croiser …


Haro sur le sur-équipement superficiel

Le trailer-coureur de course nature qui parcourt 20 bornes grand maximum le dimanche peut-il se passer de camelbak ? A-t-on réellement besoin de 10 paires de runnings Salomon ? La compression tout azimut a-t-elle de réelles vertus pour le coureur du dimanche qui ne gambade « que pour le plaisir » à 7’ du kilo ? La fanfreluche muée en objet transitionnel pour le trailer en manque de repère et le fétichisme matériel sont-ils soignables sans en passer par la Thérapie et l’Analyse ? Assurément, il suffit juste d’un petit effort et d’un zest de Raison. Maturité.


Bref, les distributeurs et les marques le détestent. Enfin pas toutes, puisque le trailer militant, véritable vecteur de communication qui a le vent dans le dos aura tôt d’être récupéré par un vendeur d’écoresponsabilité estampillé BIO et COMMERCE EQUITABLE/LOCAL … La nature, l’autre, a horreur du vide.


Ou quand l'écologie devient un business ...


Le Joggeur Qui Râle

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com