Logo 2 (2).png
 
 
 

Les Instagrameuses sont-elles des P##es?

Updated: Feb 10

La question est triviale et empreinte de provocation. Pas tant en réalité ...

On aurait d'ailleurs pu y inclure les instagrameurs, mais dans le nouveau paradigme de la communication 2.0, les femmes excellent. De quoi se gargariser quand on prône l'équité du monde nouveau.


Précision afin de faire taire les hurlements primaires: P##es ici est à prendre dans l'acceptation "faire la pute", et non "être une pute".


Petites réflexions ...






L'instagrameuse gesticule toute l'année. Elle (L'instagrameuse) redouble d'efforts en période de promotion d'event à forte promotion et agitation de sponsors.


L'instagrameuse est une nouvelle race d'opportuniste agile avec les outils de la nouvelle communication (fond et forme).


Sur la forme ...

Elle maîtrise les réseaux sociaux dans leurs déclinaisons plurielles. Elle sait se mettre en scène via selfie, vidéos et autres astuces graphiques. Elle sait comment et quand poster. Elle sait jouer des coudes dans le torrent continu de contenus à forte obsolescence. Facebook, Youtube, Instagram, Twitter ... elle jongle. Elle montre parfois énormément son cul. Parfois moins. Toujours un peu de toutes façons, sinon elle n'est pas bankable.


Sur le fond ...

C'est ici que l'opportunisme s'exprime. Le pathos, la niaiserie et le surf sur l'émotionnel. des décennies d'abrutissement sociétal ont défraichi le terrain. La forêt du bon sens s'est muée en autoroute asphaltée de conformisme mou. Le temps de cerveau disponible étant une matière première inépuisable, le placement de produits systématiques in fine ressemble plus à du parpaing sur tarte aux fraises format individuel qu'à la cerise sur la pièce montée de la subtilité!


L'opportuniste d'instagram profite assurément d'un travail d'aliénation cognitive prémâché. Bref, elle n'a rien inventé. Elle décline à partir de ses propres pathologies et cupidités un état existant et navrant.


Un cheptel de chiens de garde admiratifs. On les appelle #Followers.

Certains mecs regardent et admirent les mains moites les quelques clichés suggestifs de l'idole du pauvre.

Les nanas y trouvent un couvercle à leur contenant d'émotions dévoyées.


L'instagrameuse doit donc tapiner pour plaire au plus grand nombre, en bonne ambassadrice du règne de la quantité au détriment de la qualité. Le cul pour monsieur et la niaiserie pour madame. Dosage subtile? Même pas. A la louche, ça passe crème!


L'instagrameuse du game ne doit pas exceller sportivement, au risque de passer de l'autre coté. Effrayer la "ménagère" de 15/50 ans confrontée à sa médiocrité et à la vaine réalité de sa vie "sportive" serait une faute professionnelle pour l'instagrameuse opportuniste.


Un coup d'éclat QUANTITATIF de temps en temps temps pour buzzer (avec parfois la complicité étonnante de certains médias), un dossard sur un marathon exotique, de l'extra-sportif émotionnel etc etc pour raviver la flamme de Followers dociles et amorphes ...


L'instagrameuse ne prend parti sur rien. L'instagrameuse est asexuée. L'instagrameuse est une princesse 2.0 hors du temps, hors des considérations séculières ...


Les seuls pensées, avis et opinions de l'instagrameuse s'incarnent dans le #Hashtag (le selfie de la pensée donc) ...


La Religion de l'instagremeuse, c'est l'effet Barnum. Soit l'art de parler à tout le monde en ne disant rien.


Quand l'instagrameuse est contestée, ses chiens de gardes - des chihuahuas d'élite - s'égosillent sur les réseaux en parfaits sous-SJW! Le sceptique est nécessairement un rageux, un #Haters qui n'a jamais fait le tiers du quart de l’héroïne immaculée.


L'instagrameuse parle à ses boniches en les abreuvant de pathos, de petits instants de vie, en leur partageant des tranches de passés, en leur ouvrant à dose homéopathique son petit jardin secret ...


Finalité ...

L'instagrameuse fabrique donc du temps de cerveau disponible à partir de cerveau disposée à ...


A quoi?

A trouver l'instagrameuse trop belle. Trop forte. Trop déterminée. Trop naturelle (malgré la pose anti-naturelle). Trop chou. Trop INSPIRANTE. Trop "une machine". Trop tout.


Comme récompense, cette plèbe désincarnée insulte au genre humain digne recevra un code promo (-20% > à partir de 100e d'achat) pour des fruits secs, du gel "pour réussir son semi-marathon" et des exclusivités "mondiales" pour des frocs barriolés reconnus pour transformer n'importe quel cul plat en booty incendiaire, entre autre.


Car la publicité est partout autour de l'instagrameuse P#TE! D'ailleurs, avec ses premières recettes, elle devient influenceuse! CSP++


Placements de produits. Publicités sur Youtube comblant le vide du propos récité devant la caméra de l'amie complice en réalité matrone (qui changera de cheval une fois la haie mal franchie par la jument à la jambe alors cassée et irréparable!).


Nike ou Adidas sont les partenaires des cracks du sport ... L'instagrameuse ne mange pas de son pain là. Gagner de l'argent par le sport sans suer, vraiment. car l'instagrameuse sue un peu malgré tout. Non par la rigueur et la grimace de l'effort qui fait aller vite et longtemps, non. Mais par la gesticulation stakhanoviste au service du vide et du creux.


Tandis que le triathlète en passe de "seuiller" le niveau national galère pour conjuguer études, boulot, budget, entrainement et compétitions, l'instagrameuse rafle tout à son nez et à sa barbe!


Au-delà même de l’exploitation des bons sentiments et de la niaiserie du petit peuple du sport, c'est cette usurpation, ce parasitisme de l'instagrameuse au dépens du VRAI sportif que nous déplorons. Certaines marques jouent d'ailleurs son jeu. Les kilo-Followers aussi. Par paresse intellectuelle, culturelle, sportive, et in fine cognitive!


Marie-Chantal préfère définitivement s'inspirer et se motiver en admirant sur Instagram une connasse à placement de produits grossiers qu'une triathlète simple et naturelle amenée sur la scène mondiale par le talent sculpté par un travail acharné (dans l'ombre) ...


Ce constat interroge par elle-même le sujet du sport sur la santé mentale de notre société.


Le Joggeur Qui Râle




3,155 views1 comment

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com