LIKE # Après quoi court le runner moderne?

Mis à jour : févr. 4

Chacun ses aspirations et mobiles à l'heure d'enfiler ses runnings pour une petite sortie ou un saucisson le dimanche matin ... De la médaille au maillot souvenir du Marathon de Paris en passant par un SUB4h durement gratté à coup de prépa' de 12 semaines ...

Derrière tout ce panel de motivations, un tronc commun. La validation du "moi" par le partage sur les réseaux sociaux et ses ornements graphiques (selfie, pathos, #) ...




Pourquoi Célestin se croit-il autorisé à partager sur les réseaux sociaux du running chacune de ses sorties anecdotiques, selfie à l'appui avec supplément slogan #NoPainNoGain et sa déclaration du run pour le plaisir? Voilà une question qui interroge les immunisés de la migraine fatale ...


Partager sa passion commune? Inspirer les autres? Alimenter l'égrégore du run for all ou que sais-je encore de branlette même pas intellectuelle ...


Non, si le runner 2.0 (le partage du néant) devenu 3.0 (le partage du néant en vue d'obtenir de la reconnaissance et la validation de ses semblables) court, c'est pour partager son "exploit" sur les réseaux sociaux, et s'il partage ses exploits ordinaires sur les réseaux sociaux, c'est pour récolter du like, du poce bleu et du commentaire niais auto-valorisant par la médiation d'une abstraction composée de ses semblables médiocres (sur le plan culturel, cognitif, psychologique et ... sportif). C'est vous dire le chantier que c'est dans ce gourbis propret du net 2.0 ...


Prenons l'exemple de, disons, Célestin ...

Célestin court le 10 km en 48'35', le semi en 1h42 et le marathon en 3h58'45' ... pas de quoi inspirer la gnac au tout-venant du running perdu sur les réseaux sociaux a priori? Et bien si. Car Célestin est l'enfant d'une grande famille orpheline. Mère pudeur et père rigueur ont abandonné leur poste et nous délèguent une fratrie en roue libre d'immatures impudiques et ... lents. Tout ceci mériterait bien un sofa ...


L'immature suce son pouce bleu à en dégueuler.


Célestin ne peut être qu'en tant qu'un parmi ses semblables. Sine qua non. L'onanisme par la main au pouce levé de l'Autre assure la petite jouissance stérile de Célestin sur les réseaux sociaux quand il vient d'achever son 10 bornes en 1h12 selfie à l'appui. Célestin, rebaptisé Narcisse se branle sur sa propre image en agitant ses semblables, donc lui. Célestin Narcisse est un psychopathe ...


Mais célestin fait ce qu'il veut en démocratie. Y compris cela.


Bon courage.


Le Joggeur Qui Râle



558 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com