Pause Caca du RUNNER # Faux TABOU & Vraies Solutions!

Mis à jour : févr. 3

Ce n’est pas le sujet le plus glamour de l’année certes mais il nous concerne tous ! C’est la nature en nous quand nous sommes comme perdue au milieu d’Elle, loin de nos commodités domestiques.

Nous vous proposons un petit guide pour décomplexer et mieux gérer la question de la défécation en Trail, Ultra, Marathon,longue distance et plus généralement quand elle se pose en course!

Ne nous remerciez pas …




Sacro-sainte Pasta Party de la veille, stress et angoisse de la course qui vient à nous, ces heures de préparation en vue de l’événement du jour, ce D+ affiché dont tout le monde parle dans un mélange d’excitation et de crainte … bref, tu es nerveux !

Et qui dit nerveux, dit caca nerveux. D’où l’expression n’est-ce-pas ! Mais voilà, tu n’es pas seul.e et ta pudeur est ici mise à rude épreuve. Pas de panique, nous volons à ton secours !

Ne nous voilons pas la face, la question est épineuse avant tout pour le traileur et le runner longue distance.


S’arranger pour se soulager avant le départ …

Tentons «d’évacuer» ce point au plus bref ! Savoir gérer son alimentation au moins la veille de la course et son réveil le d-day permet assez paisiblement de régler l’affaire. L’expérience ici enseigne bien plus que nos lignes. Mais, tout ne se passe pas toujours ainsi et …

… et tu arriveras parfois sur le site les intestins endoloris. Dommage. Mais surtout que faire ? Les toilettes proposées par l’organisation affichent complètes, et d’ailleurs tu te vois mal «chier» entre deux autres «chieurs» … Sauf besoin carabiné tu éludes cette solution.

Le trailer est un Homme des forêts qui saura alors trouver une forme de naturalisme salutaire à se soulager au fond des bois (pour un urban trail, bon courage mais c’est bien fait pour toi!), derrière le plus gros des troncs d’arbre de l’assemblée présente ! Ton sourire béat à ton retour d’escapade fera rire tes acolytes et ta pudeur dissipée avec les gaz autorisera un bon mot de ta part (du genre « j’ai été chié derrière un sapin, je me sens léger, je vais galoper comme un garenne aujourd’hui ! » … de la poésie).


Pendant la course ...

La question ici est beaucoup plus délicate. Autant la miction est  bloquée» pendant l’activité physique, autant cette pressante envie frappe à la porte comme un bus entier de gosses mal élevés et de surcroît hypoglycémiques à Halloween !

La couche-culotte sera ici l’alliée de la performance en épargnant Jean-Trail de l’arrêt obligatoire aux stands (un arbuste ,un arbre). Les inconvénients que vous devinez excèdent selon nous les avantages … Passons.

Serrer les fesses jusqu’au bout permet une tension de la zone psoas-abdominale assurément précieuse pour affronter les pentes raides du profil ! Attention malgré tout à l’explosion en plein vol … La «Diniz» est au bout du single track …

Plus raisonnable selon nous, le petit écart hors sentiers et la défécation nature (prévoir le petit nécessaire). Choisir une zone où le peloton est à bloc pour profiter d’un relatif anonymat. Tu pourras repartir léger, comme frais.


Nous déconseillons souverainement la manœuvre en plein mouvement ! Peu esthétique et risquée ! Ton ensemble Salomon flambant neuf ne mérite pas cela !

Pour conclure et pour dépasser ces astuces, il nous faut évoquer le Smecta. Cette poudre qui «constipe» momentanément ! Plutôt que de se brainstormer à savoir où et comment «chier», le trailer moderne biberonné la pharmacopée esquivera la contrainte,le cœur léger et les fesses décontractées …

Bonne course !


Le Joggeur Qui Râle 

1,389 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com