Plaisir, Performance ou Intégrité: Pourquoi choisir? |LJQR

Mis à jour : oct. 5

MOTIVATIONS DU RUNNER - VERTUS DU RUNNING. Le runner moderne court après un graal qu'il a lui-même beaucoup de mal à définir.


Les runners s'opposent les uns aux autres au sujet de leurs motivations. Performance ou plaisir ? L'intégrité physique n'est trop souvent évoquée qu'en second rang sans que le runner sache véritablement ce dont il s'agit.

Fruit de ces débats stériles et d'une prégnante ignorance, le runner feint son plaisir de courir en éludant performance et intégrité physique.

C'est dommage. Alors, Plaisir, Performance ou Mieux-être ?




Le Running est un Tout qui excède la somme des parties qui le compose



Jean-Run court après le Chrono. Célestin quant à lui ne jure que par le Plaisir (qu'il étale à longueur de pathos) sur les réseaux sociaux, selfie à l'appui. Un point commun cependant entre ces deux runners a priori irréconciliables: la BOBOLOGIE chronique!


Le selfie - ou runfie - mode d'emploi ...


Plaisir ou performance?


Et l'intégrité physique dans tout ça!? En catégorisant la pratique façon dichotomie absolue, nos deux lurons se perdent dans le dogme stérile et creux!


En vérité, le running - et a fortiori la course à pied (mais ici la question se pose moins) - doit se nourrir de plaisir et de performance pour assurer le progrès de l'âme, du chrono et du ... corps!


La course à pied inspire ses disciples - parfois maladroitement et dans l'excès - tant elle bouleverse le corps et l'esprit! Muscles, cardio-vasculaire et système endocrinien ... Cette agitation mérite d'être ordonnée pour ne pas virer au chaos entropique!


Aussi, nous envisageons le running comme un triangle: Performance/Progression - Plaisir/Motivation & Intégrité/Renforcement. Le curseur et l'angularité de ce triangle sont propres à chacun même si l'équilatéralité est source de gages.


Halte aux dévoiements grossiers du fameux "No pain No Gain" ... Un fléau pour les articulations, une insulte à l'intelligence et à la pudeur!


Autre fléau, ce biais de comparaison avec l'autre. Un vrai problème boosté par les réseaux sociaux et son concours constant de quantité! (autrement dit, concours de celui qui a la plus grosse - fonctionne aussi chez les dames).


Nos amis runners 2.0 postant - et invitant la communauté - leur bilan chronométrique mensuel sont des crétins narcissiques qui ont des tendinites plein les mains!

On borne en invoquant le plaisir pour cacher sa faiblesse face à la qualité! On oppose ici qualité et quantité, l'autre nom de l'opposition plaisir/performance. Le runner et son collectif sont ingénieux pour sonner la cloche de la gloriole sans le mérite qui va avec.


L'époque de la validation sociale et de la quête - parfois frénétique - de la reconnaissance s'incarne parfaitement dans le phénomène RUNNING 2.0 ...




Plaisir - Performance - Intégrité


Revenons à notre sujet.


Le runner gesticulant et invoquant le plaisir se ruinera la santé par l'excès qui compense la qualité. Le coureur obsédé par la performance (observant d'un œil envieux l'autre) se ruinera la santé par l'excès en vue de compenser son infériorité à l'élite. Il s'agit ici de santé physique et ... mentale. Les dissonances cognitives et les contradictions jalonnant le parcours de Jean-Run et Célestin ... L'intégrité (physique, mais on pourrait pousser l'analyse ici encore sur le volet mental) est la grande perdante de nos deux schémas manichéens.


L'intégrité physique du coureur à pied se nourrit pourtant de Plaisir/Motivation et de Performance/Progression. Qu'on se le dise ...


Le Plaisir, c'est ne pas se forcer à aller courir telle une corvée obligatoire pour son selfie quotidien! C'est aussi ne pas courir quand la blessure et/ou la maladie s'invitent. Courir d'abord pour soi et la plénitude de l'instant avant la perspective des louanges sur les réseaux sociaux.


La Progression, c'est établir un plan structuré en rapport avec ses objectifs et son ... niveau. Se surclasser, c'est se sur-blesser.


Une composante intellectuelle et cognitive est indispensable pour accompagner le physiologique ... Progressivité. Le caprice du "tout tout de suite" n'est pas un segment porteur.


Quand on veut on peut. Sauf quand on ne peut pas!

Maudite génétique. Le travail, le sérieux et le triangle ne suffisent pas toujours. Ne vous laissez pas bercer par la philosophie du café du commerce en ligne ... La finalité de l'implication pleine et entière dans son sport, c'est d'atteindre son plein potentiel. Et ici, les disparités sont grandes. "A chacun sa victoire" peut ici trouver sa place sans verser dans le pathos usuel creux.


Non, tu ne feras jamais 32 minutes sur 10 km malgré tes 100 bornes hebdomadaires entre deux tendinites!

Le coureur plaisir gagnera donc à envisager - au moins un peu - la performance à l'aune de ses qualités, de son âge, de sa morphologie, de sa physiologie (il est même permis de briser certains prédéterminismes supposés à force de travail... ) pour renouveler ce plaisir et en découvrir d'autres déclinaisons et, par ricochet, développer sa résilience et son intégrité physique (et mentale).


Le coureur performance zélé gagnera à reconsidérer son rapport à la course en oubliant de temps en temps les performances des "autres" coureurs qu'ils croisent en compétition et dont il scrute les comptes STRAVA et la base athlé. Moins de pression, plus de souplesse et sans nul doute un nouveau rapport au concept de récupération ... La surcompensation ne fait pas bon ménage avec le sur-entrainement.


Le dogme est l'ennemi de l'intelligence, de la souplesse et de l'adaptation. Les cases ne sont souvent que des slogans pour conforter le médiocre dans son pré-carré stérile (de consommateur amorphe pseudo-éclairé > Acheter des AlphaFly pour passer sous les 4 heures au marathon ...).


Emancipez-vous des marchands de prêt-à-penser ...


En début de saison (concept mouvant en période d'occupation ... sanitaire), on se renforce et on développe son foncier. Les 10 * 30/30 pour feindre " d'en être" sur les réseaux sociaux, ça ne sert à rien (mauvais exemple de "plaisir" soucieux" de verser dans la "performance") ...


Chacun à sa place. Chaque chose en son temps. Avec un peu de méthode, de patience et de sueur, le plaisir rejoint la performance. Et la performance est source de plaisir.

Le Joggeur Qui Râle




Bloggeur spécialiste du running dit 2.0. Le Joggeur Qui Râle croque le runner numérisé de sa mâchoire impitoyable. Ennemi de la susceptibilité et des fragiles.

Pratique accessoirement la course à pied [du 800m piste au marathon], le vélo et la natation.




 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com