Logo 2 (2).png
 
 
 

Pourquoi la musculation # L'Esthétique ou le Fonctionnel ?

Mis à jour : févr. 10

A chacun ses motivations et ses objectifs à la salle!


En observant son petit monde, on parvient à deviner que Célestin aspire à gonfler, que Jean-Bat vise le SEC, qu'ici Géraldine travaille son booty pour l'été et qu'à coté de là, Arthur se renforce pour le prochain marathon ...


Bref, on trouve de tout à la salle de musculation!


Une dichotomie s'impose cependant: le fonctionnel ou l'esthétique.






Vous voyez ce gros balaise à la presse tout au fond de la salle, avec ses boutons dans le dos et son dos large? Et bien certes il est costaud et impressionne, mais niveau fonctionnel il ne vaut rien. Il est lent et sans souplesse. Il ne survivrait pas bien longtemps dans la forêt vierge en période post-apocalyptique! Le petit sec sur le tapis de course, à droite quand on entre dans la salle, lui, est beaucoup plus mobile ... on évitera les clichés sur les capacités intellectuelles et cognitives des colosses, ils sont datés!


Tout cela pour opposer caricaturalement deux catégories arbitraires: l'esthétique et le fonctionnel. Plus marginal et privilégié dans l'absolu, le sportif puisant dans la musculation le moyen de booster ses qualités de base tout en sculptant harmonieusement sa silhouette ...



L’esthète

Célestin, ex-timide cachectique, a bien évolué. Dos et épaules larges, il en impose à la salle dans son marcel échancré. Toujours en jogging cependant car il ne travaillerait pas ou trop peu les jambes, selon la légende du lieux. Pour célestin, la musculation c'est le modelage du corps (il ne le dit pas comme ça). Il ne jure que par la masse et l'harmonie du haut du corps. Sans faire de psychanalyse, il agit en réaction à son passé pas si lointain. Cela est très courant. Du gringalet au mastoc en deux pots de whey ... Les stéroïdes parfois parasitent le parcours du revanchard, et c'est dommage (tous ces boutons dans le dos ...).


Célestin aime dès lors les miroirs. Il contemple ses veines et ses stries le casque audio vissé au crâne. Célestin tape la bise et l'accolade à ses semblables, ils se reconnaissent tacitement parfois dans leur background de souffrance. Ils sont l'élite, les vrais, de la salle.


Et il faut concéder que certains d'entre eux ont su bâtir sur eux-mêmes une cathédrale. Beaucoup de travail, de sueur et de souffrance pour construire ce corps massif et puissant. L’esthète de la salle n'est pas toujours m'as-tu-vu et ostensible, certains font dans la discrétion et la pudeur, halte aux préjugés.


L’harmonie n'est hélas pas toujours au rendez-vous et certains esthètes monomaniaques finissent par s'enlaidir à coup de disproportions, il faudrait leur dire tant il est vrai que le nez dedans, on ne perçoit pas toujours bien la réalité (on se voit toujours trop gros, trop maigre, trop ceci trop cela ...).


Au-delà de ces nuances esquissées, l’esthète soulève du lourd pour se sentir beau et fort. Ici réside sa seule motivation, son seul objectif.


Miroir miroir, dis moi qui est le plus beau ...




Le fonctionnel

Autre usager de la salle, le sportif en mode préparation physique et autres renforcements musculaires ciblés. Avouons le de suite, il n'est pas hostile à quelques BONUS esthétiques non plus, même par incidence ... Après tout, le sport (en général), c'est le culte de l'âme et du corps. Nuance, le corps pour le fonctionnel, c'est aussi la physiologie, soit le corps vu de l'intérieur ... la beauté physique intérieure qu'on ne voit ni avec les yeux, ni avec le cœur ...


Le fonctionnel travaille la beauté physique intérieure, celle qu'on ne voit ni avec les yeux, ni avec le cœur ...

La récompense du fonctionnel alors? Outre quelques stries et des abdominaux bonus, le fonctionnel gagnera du confort et des secondes sur ses meilleurs temps en course à pied, frappera plus fort dans la balle, sautera plus haut et plus loin ... La musculation n'est pour lui qu'un moyen d'améliorer ses qualités sportives.


Est-ce dire a contrario que la musculation n'est pas un sport en tant que tel, mais une activité au service du sport? Cette question hérissera les as de la gonflette comme les puristes. Nous pensons que c'est une vraie question dont l'objet est moins de provoquer que d'ouvrir un débat sur la définition même de SPORT (dans un tout autre registre, elle se pose également s'agissant du e-sport).


Le sport envisagé comme la maîtrise d'une gestuelle et du mouvement refoulera certaines activités physiques de son terrain ... (un soulevé de terre postule une coordination explosive, davantage qu'arracher 300kg à la presse ... )


Un esthète pourra ne pas comprendre les choix du fonctionnel s'agissant de l'agencement de sa séance, du focus sur tel ou tel groupe musculaire au détriment d'un autre, se scandaliser de ce manque de pectoraux (cf. notre photo d'illustration) ou tout simplement comprendre et encourager cette démarche, satisfait de voir SON sport à lui comme levier de progrès pour d'autres.


Dépasser les clichés quand on le peut. En discuter quand ils se nourrissent d'une réalité bien ancrée sous nos yeux. Faire évoluer les mentalité sans dogme ni idéologie.


Narcisse (et son narcissisme) fréquente aussi les salles de musculation. On le retrouve sur les terrains de football, sur les pistes d'athlétisme et le samedi dans les magasins pour son shopping. Il est vrai qu'en marcel avec son shaker, il alimente les clichés.


Bonne séance.



Le Joggeur Qui Râle

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com