Logo 2 (2).png
 
 
 

Prendre l'avion pour aller courir un semi-marathon # Irresponsable?

Mis à jour : janv 31

Jonathan ne tient plus en place et compte les dodos sur les réseaux sociaux depuis une bonne dizaine de jours. La Race Day approche à grandes foulées (attaque talon - Jonathan titre 44' sur 10 bornes et 1h43 sur semi - pas un as quoi!) ...


Mais il n'y a pas que le running dans la vie de Jonathan, non. Militant et engagé, il est sensible, quasiment épidermique, sur les sujets d'actualités. Cause animale, sort de la planète et Progressisme! Il aime d'ailleurs conjuguer utile et agréable en courant pour des causes. Il maîtrise le #Hashtags militants avec doigté!


Ce week-end, cap sur une énième CAP dans une CAPITALE EUROPENNE ...




Voler 2h30 (et 1200 bornes hors trajets annexes en diesel) pour se traîner 21 kilomètres en autant de temps (ou presque), voici le défis pluri-annuel de Jonathan aka le globe trotteur du running (sous-titre de son profil facebook/instagram/Twitter). Tu parles d'une vocation.


Nike aux pieds, Jonathan nique la planète à coup de miles (en réalité c'est Ryanair malgré son syndicalisme rampant quand il ne court pas - le repos du guerrier sans doute).


Jonathan est un jouisseur décomplexé et paradoxale. Il segmente avec confort sa cognition. C'est un comptable - celui d'Enron - de l'empreinte carbone. Tri sélectif, biocoop, vote écologie-les verts aux européennes (tradition de famille) et transports en commun la semaine à l'actif. En cas de Besoin de fonds de roulements (BFR), un don défiscalisé à quelques associations promues sur Konbini. Au passif ... cette photo en illustration de l'article, par exemple. Bien sur, c'est beau et cela évoque des souvenirs en chacun de nous. L'Homme fragile aime se réfugier derrière ce ptit truc commun qu'il partage avec la foule de ses semblables standardisés à la société du tourisme de masse. On a tous les mêmes souvenirs, les mêmes photos, les mêmes made in china aux pieds mais on est tous contents. On se croit singulier. Malade.


Jonathan nous balance à la gueule la moindre de ses pensées creuses. Jonathan à l'aéroport en running (forcément hein), Jonathan derrière son hublot nous offre un panorama d'immeubles minuscules. Jonathan turbulences. Jonathan prend un taxi. Retrait de dossard immortalisé. Le lit de la chambre d'hôtel de Jonathan. La valise prête à être éviscérée ... Le Mojito bien mérité avec les "copains" sur place! tic tac toc ... C'est l'heure du départ. On a échappé au caca de la peur de Jonathan! Ouf ...


Finish line. #Finisher . Médaille. Selfie. Pathos niais et émotions déclinées sans pudeur en en rajoutant un max (sans doute pour rentabiliser le budget). L'heure du retour et rebelote dans l'autre sens.


Bilan, Jonathan a vécu son "aventure" à travers son smartphone et les réseaux sociaux. Il a dilapidé son actif écologique pour rien. Il est endetté en carbone, il dynamite les mines de terres rares. Ses yeux brillent devant le spectacle de sa jouissance et de sa toute puissance consumériste.


C'est beau putain!


Tout cela pour un semi-marathon couru en 1h51'43" et quelques selfies mal cadrés sur lesquels tu gâches les quelques "cartes postales" que tes yeux ont croisé qu'à travers le prisme pixelisé de ton téléphone, extension de ton narcisse, outil de ton inconséquence et symbole de la société du chaos pour laquelle tu milites t-shirt Che Guevara au corps.


Vivà la revolucion!



Le Joggeur Qui Râle


1,077 vues

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com