Logo 2 (2).png
 
 
 

Philo # Le Running rend-il con?

Mis à jour : janv. 28

Oui, un peu, sauf toi, forcément. Le titre est quelque peu aguicheur, et insultant, c'est vrai. Nous n'en sommes cependant pas du tout navrés. La course rend-elle idiot/abruti/sot/con ou ne constitue-t-elle plus platement qu'une énième occasion d'exposer sa connerie intrinsèque à la face du monde (via les réseaux sociaux)  ... voici une curieuse question que nous nous posons, nous, empêcheurs de tourner en rond (autour d'un parc ou d'une piste). Après avoir esquissé un inventaire non exhaustif du runner casse-burnes dans nos précédentes chroniques, voici ici quelques jolis exemples du runner spécialiste de la course à la connerie, un sport de fond, du trou. 

Ne ris pas, c'est peut être toi!



Encore faut-il s'entendre sur une définition de la connerie. Concept fuyant mais en expansion perpétuelle, cosmique. Tentons un bref inventaire de ses expressions les plus actuelles et dynamiques.

Le runner est un consommateur docile

Équipe puis sur-équipé pour finir dans le grotesque, le runner est bien souvent une vache à lait qui rumine (voir fulmine) dès qu'on lui en fait la remarque! Peu de recul chez les coureurs pourtant en quête d'élan sportif! Personne n'ose prétendre courir nu, certes. Il suffit de se balader dans les pelotons pour constater que nombre de runners se sont mués bénévolement en remarquables hommes sandwich.

 Le stakhanoviste 

On pourrait dire le passionné excessif. Or, tout ce qui est excessif est vilain. Tu l'es donc petit canard! Tu penses running, tu vis running et tu consommes running (cf. supra). Au début c'était sympa, mais là tu deviens carrément lourd! Plus de sorties le samedi soir car tu as course le dimanche, tu es devenu chiant car sage! Tu ne peux t'empêcher de scruter le calendrier des courses y compris en vacances pour décliner à ta sauce ta triste qualité de touriste! Tu tannes ta femme et les gosses pour les faire venir le dimanche t'acclamer sous la pluie! Même tes assiettes sont devenues chiantes! Pire, tu as un sticker 42.195 au cul de ta bagnole. Tu fais franchement de la peine ...

Ton facebook est devenu un dépotoir dédié à la course à pied, tu as des milliers  de pote que tu ne verras jamais, du moins en "tenue civile".

Les réseaux sociaux

Parlons-en justement! De ton Facebook en particulier ... c'est quoi ces milliers d'amis en short! Tu publies tes chaque fait et geste tournant autour de la course à pied. Voici un inventaire sans ordre de préférence: chronomètres, selfie, photos de tes guiboles avec port de chaussettes de compression (!), paysages flous, ta montre et autres articles de nutrition sportive que tu ne tiendras pas ... c'est quoi ce bordel, merde! Personne ne te lit, d'ailleurs tu feins seulement de t'intéresser à TA communauté, pourrie d'égo avec ses quelques "chefs" charismatiques solidement soudés à ce "fromage"!

Le "pro"

C'est vite dit. Le "Pro" est en fait la synthèse faite homme des déclinaisons énoncées plus haut. Tout un programme, la frime en plus. Ce qui est paradoxal eu égard ton niveau, mec! Pour toi l'habit fait salutairement le moine, porte dérobée des faux-semblants ... tu t'en contentes en attendant d'avoir vraiment le niveau, as-tu réussi à te convaincre ... un vrai con quoi!


Le Joggeur Qui Râle



1,719 vues

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com