Saison : les vertus du running en automne | LJQR

Avec la fin de l'été, le runner bascule dans une zone d'inconfort. Exit le ciel bleu et la douce chaleur! Bref, il va falloir se confronter au vent, à la pluie et au froid qui pointe. la motivation sera-t-elle au rendez-vous? Les limites du #NoPainNogain théorique et de salon ...


Et pourtant, le runner avisé a tout à gagner en automne. On vous explique en quoi.



Facile de humer la douceur du printemps, de pavoiser sous les rayons dardant du bel Apollon en été ... Un selfie, trois # et ça parade sur les réseaux sociaux en mode #NoPainNoGain du running pour tous!


Trop vu!


Tel le runner du confinement enfin déconfiné, le runner des jours bleus disparait sitôt les feuilles et marrons au sol, grisaille au vent ...


Prélude à l'hiver, l'automne prépare le runner au vrai et au dur! La tête et les jambes forgées à la rigueur des saisons de la vie.


On ne croise plus grand monde sur les fins de journée de semaine au parc, au stade et au bord des routes ...


Comprendre la tendance actuelle du RUNNING ...




Des vertus élémentaires


Pour courir mieux, il faut conjuguer tête et jambe au présent. Une grammaire complexe ...



La tête


Fracture de la motivation à la moindre averse ? Tendinite de la volonté au moindre petit coup de vent ... etc ... Tu n'es pas un coureur à pied. Au mieux un runner 2.0 à selfie, rien de plus. Rien de dingue au final. Un consommateur de saison aliéné aux diktats du cycle redondant. Va manger ta raclette!


L'automne rime pour beaucoup avec le début du travail qualitatif, le vrai. c'est le planning élaboré qui le dit! Les cross approchent, l'indoor aussi ... Ça va barder! Pour rendre tout cela plus facile, il faut prendre dur à l'entraînement.


Si les éléments te freinent, tu peux tout de suite ranger tes pointes et tes runnings.


Plus de ciel bleu ? Bienvenu vert gazon ... En attendant la boue. L'automne offre mille nuances de couleurs au runner conscient. La pluie et le vent de face qui fouettent ta trogne grimaçante, c'est la vie!




Les jambes


En automne, le sol glisse et la boue naissante est lourde. Les feuilles, les marrons et les glands boostent la proprioception et la réactivité! C'est le parcours du combattant! Focus et dynamique .. Le foncier a été réalisé en amont, l'automne te voit débarquer full caisse. Tu es facile sur les footings, les séance de qualité sont l'exutoire ultime! La fraicheur sera presque bienvenue pour ta peine!


Ton 10 x 400m sous la pluie vent de face sur le dernier 100 incarne enfin le sacro-saint No pain No Gain dévoyé à longueur d'été par la communauté des runners impudiques des réseaux sociaux.


Les vertus du 12 x 400m ...




En attendant l'hiver


Le runner s'éclipse discretos du jeu mais n'hésitera pas à jouer du pipeau pathos après un footing imprévu en novembre, se réappropriant les mérites des vrais stakhanovistes le temps d'un selfie-pathos !


Le coureur à pied monte quant à lui doucement en condition, faisant fi du ciel ... et de la validation sociale des mangeurs de croziflettes! ce qu'il attend impatiemment, c'est la boue et les chantiers, armé de ses 15mm oxydés.


Le coureur à pied prend son élan en automne fin de bondir de l'hiver en condition avancé, à 100% ... Le runner gesticulera par compensation afin d'exister - malgré tout - dans le confort de l'intérieur, le sien. Cosy. Au chaud.


"Le coureur à pied n'a pas de mérite quand il devance le runner puisqu'il s'entraîne plus."

En effet, tout est dit. Aucun mérite. Il aime juste ça. Toi, tu n'aimes que toi!



Le Joggeur Qui Râle




Bloggeur spécialiste du running dit 2.0. Le Joggeur Qui Râle croque le runner numérisé de sa mâchoire impitoyable. Ennemi de la susceptibilité et des fragiles.

Pratique accessoirement la course à pied [du 800m piste au marathon], le vélo et la natation.







 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com