|Santé| Faire son jogging avec un masque est-il risqué ?

La crise sanitaire n'est visiblement toujours pas derrière nous et elle semble même entamer un sprint final en vue de nous coiffer sur le poteau de la rentrée 2020-2021 et c'est dommage.

Parmi les nouveaux comportements du Monde d'Après, une tendance: le RUN masqué (oh oué oh oué oh oué). Loin d'une énième coquetterie de runner 2.0 en rupture d'inspiration, une obligation légale qui se propage, elle, surement!

Un comportement non dénué de risque pour le runner!


On vous explique pourquoi ...




Un Salut inconfortable ?


Sur le terrain médical, les avis divergent entre les professionnels de la santé sur la question des effets - ou pas - délétères du port du masque à l'effort. Une question qui dépasse le simple inconfort va sans dire.


Courir avec un masque sur le museau en plein cagnard n'est assurément pas une sinécure scandent en chœur les SEUILLARDS de la planète athlétisme. Pour les slows runners plaisir (6'30'' du kil sur les quais de Seine), l'évidence est moins saillante!


Objectifs (santé) ou subjectifs (inconfort et/ou hostilité aux mesures politico-légales), nous laissons nos ami.e.s lecteurs maîtres de leurs arguments relativement à cette question ...


"En plein fantasme pandémique, le coureur à pied sans masque ne manque pas d'Air!"



Running, masque et cognition ...


Incompétent sur le terrain médical (même si nous avons notre avis sur la question), Le Joggeur Qui Râle - expert en sociologie du running 2.0 - se cantonnera au champ cognitif et social.


Au-delà de la restriction d'O2 pourtant indispensable aux processus physiologiques, le masque ne traduirait-il pas une nouvelle aliénation au passif du Runner 2.0 (après le consumérisme, l'Ego, la quête de sens et de validation ... ) ?


Corrompre le sacro-saint plaisir (et sentiment de Liberté) du running en portant le masque de l'inconfort est une dissonance flagrante. Élémentaire. Mais le runner sous injonctions saura trouver quelques parades fictives à la "mascarade" ("c'est pour notre bien!" concède mollement Thomas sans conviction).


On imagine mal un athlète préparant un SUB4 sur 1500m enchaîner les tours de piste flanqué d'un masque. On imagine a contrario trop bien les Jean-Bradley Running se traîner au bois de Vincennes ou au Parc Monceau à 6'du kilo pendant 4.73 longs bornes!


Le schisme est consommé entre runner et coureur à pied/athlète! Le second avance, le premier subit. Le cognitif rejoint le physiologique. Nos prophéties s'incarnent.


Car oui, en se dandinant dans les parcs, bois ou encore aux bords des routes, le runner-masqué incarne l'aliénation ultime.


L'aliénation à un "mode de vie" vicié. La Liberté muselée! L'inversion des valeurs institutionnalisée, triomphante et réclamée par ses sujets.


"Le runner masqué est un marin qui rame dans le sable au milieu du désert!"

Tel l'idiot regardant le doigt du Sage lui désignant le Vrai, le runner masqué arguera du contexte et pointera, à son tour, l'irresponsabilité de l'Autre quant à la propagation de LA Covid. Le zèle des convertis aux nouveaux dogmes ... merci la TV! Courir pour résister en résistant de moins en moins à la tentation de la délation ... Une caricature qui se banalise sur les réseaux sociaux!


Le runner bâillonné-masqué (aux injonctions) à 6'30''du kil' maudit le coureur à pied ventilant à plein poumon et qui pace à 3'50'' ... La crise sanitaire actuelle, telle qu'orchestrée, cristallise ce qui couvait depuis l’avènement du running 2.0.


| Histrionisme, facilité et docilité versus Effort, discrétion et Liberté ... |



Bonus # "Je trouve ça con de courir avec un masque mais bon j'ai tellement BESOIN de courir" lance Jean-Bradley sur les réseaux sociaux avant de lâcher un selfie-mask suant!


L’ère du temps, ce sont désormais les selfie-mask de runners dociles agissant en bénévoles des nouvelles normalisations du chaos cognitif! Courir masqué deviendrait un signe de résistance (à la COVID) tout en incarnant - selon nous - la soumission aux injonctions contestables (et contestées) du corps médical institutionnel médiatique.


Pour les dubitatifs timides, la balance penchera du bon côté à coup de 135e au portefeuille. Efficace. On ne discute pas avec la Liberté!


L'idiot du village-monde est tout content de clamer à qui veut encore l'écouter en le lisant qu'il étouffe sous son masque ... C'est le paradigme orwellien du Monde d'Après où la dissonance prospère chez son sujet hôte par l'ablation de la Raison et de la Dignité. Un travail de sape de l'aliénation à son acmé.


Difficile en effet se se priver son shoot de pouces bleus, cœurs rouges et kudos! Bien heureux aussi de pouvoir se renouveler dans l'Art de la mise en scène de sa pratique moribonde ... Gloriole et gaudriole en temps de soumission!


Faire son jogging avec un masque est-il risqué ? A vous de nous dire ...



Le Joggeur Qui Râle


820 vues1 commentaire
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com