Tendance # Le Running, mais avec élégance! ...

Mis à jour : 28 déc. 2019

Accusation: sexisme main stream 2.0 Nous plaidons coupable! L’archétype sur jambes du dévoiement consumériste du running a un sexe -  et il est dit "faible" - à raison pour l'occasion!

La joggeuse apprêtée apprécie particulièrement le retour des beaux jours, docile aux injonctions des magasines torche-culs qu'elle feuillette, fébrile face aux modèles (recto) trop parfaits quoique vite reboostée face à la quincaillerie proposée au verso! Hélas, si l'acte d'achat - le shopping est pour elle un loisir à part entière - est facile et constitue un fast-pleasure, se composer un corps sculpté et quelques performances, ça ne s'achète pas! L'illusion ne trompe jamais longtemps! Qui est donc cette joggeuse "très parisienne" pour qui la course à pied n'est in fine qu'un énième motif à se montrer et à faire chauffer la carte?




Pas facile a priori de dresser un portrait robot de cette péronnelle "zébulone" des temps post-modernes! Nous tenterons dans le cadre de cette chronique de cerner quelques dénominateurs très très communs à ces représentantes autoproclamées du bon goût sauce running 2.0. Est-il nécessaire de rappeler que sans le vecteur numérique, ces gourgandines opportunistes du "moi je" à fort potentiel ne se seraient pas ou peu penchées sur le sport de godasse!

Par commodité, nous l’appellerons Géraldine ...

"Moi je", les réseaux sociaux et le mondain


Géraldine est une femme moderne. Un peu trop sans doute, car débordée numériquement par le narcissisme facile à cueillir. Internet et les réseaux sociaux subtilement manœuvrés, Géraldine accède à un public chaque jour plus nombreux. Sa bonne bouille et son corps svelte sont un atout précieux , veinarde!

Aussi, très aware des tendances, le phénomène de masse Running ne pouvait lui échapper! Et il est taquin ce move! Il postule efforts et pérégrinations dans des lieux grouillant de plèbe, parfois. Que nenni, l'occasion pour Géraldine de collecter des points "cosmopolitisme" et "mixité sociale" n'est que trop belle ...


Quelques emplettes et sorties plus tard, Géraldine a créée un nouvel environnement 2.0 pour sa communauté fidèle (docile > servile > grotesque ...) et donc, elle aussi désormais galopante! Pandémique! Géraldine, opportuniste, gratte le labeur des "anciens" et des "vrais" pour ramasser le pactole via son petit réseau de nanti(e)s du tertiaire parigot! La belle affaire ... Géraldine fait dans le plus deep consumérisme et alterne courses onéreuses à concept, déplacements sur le french rivera, la récupération sauce yoga et cryothérapie hype (Gégé raffole des anglicismes - cqfd). Elle cumule les paires de chaussures et les leggins!


Bref, Géraldine frime davantage sur les réseaux sociaux que sur l'asphalte, même si son "pouvoir d'achat" salutaire lui permet de chiller  partout où le running se décline en dégueulasserie tape-à-l’œil! Pas bégueule, elle rend la pareille à ses sponsors avec lesquels elles s'entichent de longue date, en pure parasite bobo-isée ...

Lasse du shopping classique, une bouffée d'oxygène ...


Malgré le baratin et l'enthousiasme de com', Géraldine, étendard de la joggeuse fashion, est parfois lasse de toujours consommer urban chic! Si les boutiques confidentielles de ses nombreuses "amies" ont une inspiration intarissable, il faut bien se rendre à l'évidence: on tourne en rond!

Eurêka, le running offre un nouveau monde à déflorer! Et comme le running ne t'a pas attendu pour virer délire consumériste, le choix est vaste comme l’Amérique ...


Si quelques marques main stream proposent des produits esthétiquement flashy et avouons-le, parfois aboutis, Géraldine se sent rapidement à l’étroit dans ce scaphandre normalisé! Quelques flocages de sa communauté in  ne suffisent pas plus!  Vite, il faut du produit atypique, du sur-mesure pour les chipies haute-couture en prêt-à-porter discret! Géraldine se doit, contrainte impérieuse des femmes libres, de marquer le coup en se démarquant au milieu de cette plèbe en sueur. Géraldine aime sortir du lot! C'est sa manière à elle d'exceller au-delà du sous-jacent pratiqué (ici, la course à pied, qui demeurerait avant-tout, encore pour l'heure, un sport)!

Ainsi, Géraldine ne portera jamais deux fois de suite la même paire de chaussures, et ses leggins ont une odeur de one-shot ... on ne compte plus ses casquettes, bandeaux, manchons et autres accessoires ès-running tout azimut ....

Quantité, qualité ... Géraldine est en place. Ostensible subtile ... Beaucoup moins prolixe, évasive, nébuleuse même sur ses performances et ses chronos ... très en vue sur les départs et les before, comme absentes des arrivées mais pas des after! Très peu de clichés de Géraldine dans le dur au coeur de l'action sont en circulation. La NKVD filtre ce qui peut se glaner de Gégé hors zone de confort. Géraldine se doit, ambassadrice de charme, d'être constamment à son avantage. Cela a ses désavantages en terme organisationnel ...


Au moins ça l'occupe et lui donne l'impression d'être bonne à quelque chose!

Ne pas se faire "dépasser" par les nanas lambdas ...


Géraldine est une petite coquette! Très soucieuse de son apparence, que ce soit à coup de garde robe jamais suffisante, mais aussi par une hygiène de vie qu'elle tente de garder saine. Sur ce terrain là, elle assure grave, de l'aveu de ses copines qui l'envient un peu/beaucoup à force de peiner à l'imiter ... L'expansion du running (et du cross fit aussi) inonde indirectement les rétines aux aguets de corps jeunes, sculptés, et gracieux (le curseur de l'excès est subjectif) ... hélas donc, il ne suffit plus de frimer en taille 34 pour épater la galerie et susciter les regards et les jalousies.


Aussi, Gégé, jadis hyper attractive par nature se voit concurrencer sévère par une kyrielle de jeunes femmes qui dans une autre vie ne payaient pas de mine  ...

A contre-courant, qui n'avance pas, recule ...


La diet' contrainte et forcée ainsi que les séjours shopping dans tes boutiques hype préférées ne suffisent plus. Adieux confort et privilège Géraldine. C'est bien fait pour toi, narquoise!


C'est donc sans même une étude approfondie, solide et lucide des codes que tu t'aventures dans l'univers running afin de rattraper les tricheuses girls next door. Mais hors de question de risquer la normalisation, encore moins la banalisation! Tu te dois de garder une longueur d'avance, du moins sur le terrain du style! Quand tu te précipites en terrain inconnu Géraldine, c'est pas forcément une réussite ... mais qu'importe, tu es une tendance-maker, et bientôt, une horde de suiveuses viendront polluer visuellement parcs, rues, événements et autres rassemblements de short-chaussettes! Géraldine a gagné: le running, était-ce mieux avant?

PS: Le marché du running te remercie!


Connaissez-vous Gérald, le pendant opportuniste et masculin de Géraldine? Cliquez donc ...


Le Joggeur Qui Râle

1,007 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com