Logo 2 (2).png
 
 
 

Training # Faut-il courir avec un gilet lesté/du poids supplémentaire ?

Sur le terrain théorique des partisans du OUI, deux arguments en réalité liés sont avancés: Le stress biomécanique et physiologique. Soit, un renforcement musculaire et un travail cardiovasculaire accrue, pour la jouer courte.


La réalité est plus complexe ...




Contexte


Nous vous laisserons le loisir d'aller glaner sur la toile les informations les plus pertinentes afin de vous faire un avis sur la question des vertus d'une telle pratique. Astuce de base du surfeur, croiser les sources ...


Les vertus physiologiques et biomécaniques avancées ne sont pas que théoriques et se comprennent de prime abord. Par l'ajout de poids, l'athlète doit déplacer une masse supérieure. Il doit déployer plus d'effort (impact cardiovasculaire et sur le métabolisme énergétique) et soumet son corps - aspect biomécanique (muscles, tendons et ligaments ...) - à plus de contraintes physiques.


Pour progresser, il faut en effet stress l'organisme. L'idée est donc séduisante a priori.


Mais ...


Nous (à hauteur de nos compétences sur la question et de notre expérience personnelle, en tant qu'acteur et spectateur) ne sommes pourtant pas du tout partisan de ce procédé de training.



Pourquoi ...


Plusieurs arguments pour dénier au lestage ses vertus propices à la progression sauce #Nopainnogain !


Tout d'abord, en courant lesté de poids, le runner adoptera bien malgré lui une posture non naturelle afin de pallier à cette contrainte non habituelle (le runner en surpoids cohabite avec son excès). Un changement de posture et/de foulée délétère pour le runner. Le risque de blessure est accru, adieu la progression ... Chronique d'un désastre personnel qu'on retrouvera très vite scripté de A à Z sur les réseaux sociaux du running dans un style très "ouin ouin"!


Autre point important dans la perspective de progression en course à pied, largement corrélé au premier, courir lesté, en impactant la posture et la foulée en cours de séance, obère le développement d'une foulée (et posture) efficiente.


Symbiose négative donc. Le lestage, par sa contrainte biomécanique augmente le risque de blessure et nuit au développement d'une foulée efficiente.


Plus secondaire, le coureur à gilet lesté a l'air débile à force de se prendre pour un GI alors qu'il a échappé au service militaire "grâce à" Jacques Chirac!


Mieux que les tendinites, travailler sa puissance et sa caisse en affrontant des séances de côtes. En plus, ça ne coûte rien à part de la sueur et des courbatures ...



Le Joggeur Qui Râle


©2018 by Le Joggeur Qui Râle. Proudly created with Wix.com